Les faits sur le Coronavirus

Mise à jourJuin 2020; Publié: 14 Mars 2020;
Langues: CZ, DE, EN, EO, ES, FI, FR, GR, HBS, HE, HU, IT, JP, KO, NO, PL, PT, RO, RU, SE, SI, SK, TR
Partagez sur: Twitter / Facebook ; Voir aussi: Covidinfos.net; Traduction: SLT

Des faits entièrement référencés sur le Covid-19, fournis par des experts en la matière, pour aider nos lecteurs à faire une évaluation réaliste des risques.

“La seule façon de lutter contre la peste, c’est  l’honnêteté.” Albert Camus, 1947

Aperçu

  1. Selon les données des pays et régions les mieux étudiés, la létalité du Covid19 est en moyenne de 0,2% environ et est donc de l’ordre d’une forte grippe (Influenza) et environ vingt fois inférieure à celle initialement supposée par l’OMS .
  2. Le risque de décès pour l’ensemble de la population en âge d’aller à l’école et de travailler, même dans les « hotspots » (foyers d’infections) mondiaux, est du même ordre que le risque de décès lors des déplacements quotidiens pour aller au travail en voiture. Au départ le risque a été surestimé car les personnes ne présentant aucun symptôme ou des symptômes légers n’ont pas été incluses.
  3. Jusqu’à 80% des personnes testées positives ne présentent aucun symptôme . Même chez les 70 à 79 ans, environ 60% restent asymptomatiques. Plus de 97% des personnes ne présentent au plus que des symptômes bénins .
  4. Jusqu’à un tiers de la population a déjà une immunité de fond au Covid19 par contact avec des coronavirus précédents (c’est-à-dire des virus du rhume).
  5. L’âge médian des personnes décédées dans la plupart des pays (y compris l’ Italie ) est supérieur à 80 ans et seulement 1% environ des personnes décédées n’avaient pas de maladie grave antérieure. Le profil de la mortalité correspond donc essentiellement à une mortalité normale .
  6. Dans la plupart des pays, jusqu’à 50 à 70% des décès sont survenus dans des EHPAD , qui ne tirent aucun bénéfice d’un confinement général. De plus, il n’est souvent pas clair si ces personnes sont vraiment décédées du Covid19 ou de stress à des niveaux élevés, de peur et de solitude .
  7. Jusqu’à 50% des décès en excès ne sont pas provoqués par le Covid19, mais par les effets du confinement, la panique et la peur . Ainsi le traitement des crises cardiaques et accidents vasculaires a reculé jusqu’à 60 % parce que les patients n’osent plus se rendre dans les centres de soins.
  8. Même dans les soi-disant « décès Covid19 » , il n’est souvent pas clair si les personnes sont décédés par ou avec le virus (c’est à dire un décès à cause d’une pathologie préexistante), ou encore que se soit des « cas suspectés », qui n’ont simplement pas été testés. Il est à constater que les chiffres officiels ne reflètent souvent pas ces distinctions.
  9. De nombreux reportages dans les médias, rapportant que des jeunes et des personnes en bonne santé sont décédés du Covid19, se sont avérés être faux:Beaucoup de ces personnes ne sont en fait soit pas mortes du Covid19, ou alors elles étaient déjà gravement malades auparavant (par exemple une leucémie non détectée), ou ils avaient 109 ans au lieu de 9 ans.
  10. La mortalité globale normale quotidienne aux États-Unis est d’environ 8 000, en Allemagne d’environ 2 600, en Italie d’environ 1 800 et en Suisse d’environ 200 personnes par jour. La mortalité de la grippe aux États-Unis peut atteindre 80 000, en Allemagne et en Italie jusqu’à 25 000 et en Suisse jusqu’à 2 500 personnes par hiver. Dans plusieurs pays, le Covid19 n’a pas atteint ces niveaux-là . 
  11. Des taux de mortalité très élevés, comme dans le nord de l’Italie, peuvent être influencés par des facteurs de risque supplémentaires tels qu’une pollution atmosphérique et une contamination microbienne très élevées ainsi qu’un effondrement des soins aux personnes âgées et des soins infirmiers dû aux infections, à la panique de masse et au confinement.. Des réglementations spéciales concernant les personnes décédées ont parfois entraîné des goulots d’étranglement supplémentaires dans les enterrements.
  12. Dans des pays comme l’Italie et l’Espagne ainsi qu’en partie au Royaume-Uni et aux États-Unis, les vagues de grippe ont déjà entraîné une surcharge des hôpitaux. Actuellement, jusqu’à 15% des médecins et infirmières, même sans symptômes, doivent être mis en quarantaine.
  13. Les courbes exponentielles souvent présentées avec des „cas corona“ sont trompeuses, car le nombre de tests augmente également de façon exponentielle. Dans la plupart des pays, le rapport des tests positifs au test global (taux dit positif) reste constant de 5 à 25% ou n’augmente que légèrement. Le pic des infections a atteint son apogée dans la plupart des pays avant les confinements.
  14. Les pays sans confinements et interdictions de contacts, tels que le Japon, la Corée du Sud et la Suède n’ont jusqu’à présent pas connu de tendance plus négative que les autres pays. La Suède a même récemment été saluée par l’OMS comme un modèle exemplaire et bénéficie désormais d’une immunité élevée.
  15. La crainte d’une pénurie de respirateurs artificiels était injustifiée . Selon des pneumologues , la ventilation invasive (intubation) des patients atteints de Covid19, qui était en partie dûe à la peur du virus, est souvent contre – productive et endommage en outre les poumons.
  16. Contrairement aux hypothèses initiales, diverses études ont montré qu’il n’y a aucune preuve de propagation du virus par les aérosols (particules en suspension dans l’air) ou par des frottis (comme les poignées de porte, les smartphones ou chez le coiffeur) .
  17. Il n’y a pas non plus de fondement scientifique pour l’efficacité des masques respiratoires chez les personnes en bonne santé ou asymptomatiques . Au contraire , les experts avertissent que ces masques entravent la respiration et deviennent des «lanceurs de germes» .
  18. De nombreuses cliniques en Europe et aux États – Unis sont restées sous – utilisées et ont même parfois dû recourir au chômage partiel . De nombreuses opérations et thérapies ont été annulées , notamment des transplantations d’organes «non essentielles» et des dépistages du cancer.
  19. Plusieurs médias ont été surpris en train de dramatiser la situation dans les hôpitaux, parfois même avec des images manipulatrices. En général, les reportages douteux de nombreux médias ont maximisé la peur au sein de la population.
  20. Les kits de test de virus utilisés à l’échelle internationale sont sujets à des erreurs et peuvent donner des résultats faussement positifs ou faussement négatifs. Le test de virus officiel n’a pas non plus été validé cliniquement à cause de la contrainte liée au temps et peut parfois également réagir à d’autres virus corona .
  21. De nombreux experts de renommée internationale dans les domaines de la virologie, de l’immunologie et de l’épidémiologie considèrent les mesures prises comme contreproductives et recommandent une immunisation naturelle rapide de la population générale et la protection des groupes à risque. Il n’y a jamais eu de raison médicale pour la fermeture des écoles .
  22. Plusieurs experts ont décrit les vaccins obligatoires contre les coronavirus comme inutiles, voire dangereux . En fait, le vaccin contre la soi-disant grippe porcine de 2009 a entraîné de graves dommages neurologiques et a donné lieu à des indemnisations à hauteur de millions (de livres sterling).
  23. Le nombre de personnes à travers le monde qui, à cause des mesures anti-corona , souffrent de chômage, de problèmes de santé mentale, de violence domestique, est monté en flèche . Plusieurs experts estiment que les mesures anti-corona provoqueront plus de morts que le virus lui – même. Selon l’ONU des millions de personnes à travers le monde sont en train de tomber dans la pauvreté et la famine absolue.
  24. Le lanceur d’alerte et dénonciateur de la NSA, Edward Snowden, a averti que la crise corona était utilisée pour l’expansion massive et permanente des outils mondiaux de surveillance. Le célèbre virologue Pablo Goldschmidt a parlé de „terreur médiatique mondiale“ et de „mesures totalitaires“. L’infectiologue britannique John Oxford a parlé d’une „épidémie médiatique“.
  25. Plus de 500 scientifiques ont mis en garde contre une “surveillance sans précédent de la société” grâce à des applications de suivi de contact problématiques. Dans certains pays, ce suivi de contact est déjà effectué directement par les service secrets. À travers le monde ça a abouti à une surveillance de la population civile par des drones et dans certains cas à des violences policières massives.
Pour plus d’informations en français, voir aussi Covid Infos.

Juin 2020

A. Partie générale
Études sur la létalité du Covid-19

Le professeur John Ioannidis, de Stanford, a publié une vue d’ensemble des études sur les anticorps contre le Covid-19. Selon son analyse, la létalité du Covid19 (IFR) est inférieure à 0,16% dans la plupart des pays et régions. Ioannidis a trouvé une limite supérieure de 0,40 % pour trois foyers.

Dans son dernier rapport, le CDC, l’autorité sanitaire étatsunienne, a réduit la létalité du Covid19 (IFR) à 0,26% (meilleure estimation). Même cette valeur peut être considérée comme une limite supérieure, puisque le CDC suppose, de manière prudente, qu’il y a 35 % de cas asymptomatiques, alors que la plupart des études indiquent 50 à 80 % de cas asymptomatiques.

Fin mai, cependant, des immunologistes suisses dirigés par le professeur Onur Boyman ont publié ce qui est probablement l’étude la plus importante sur la létalité du Covid19 à ce jour. Cette étude préliminaire arrive à la conclusion que les tests habituels qui mesurent les anticorps dans le sang (IgG et IgM) peuvent reconnaître au plus un cinquième de toutes les infections à Covid19.

La raison en est que chez la plupart des personnes, le nouveau coronavirus est déjà neutralisé par les anticorps présents sur la muqueuse (IgA) ou par l’immunité cellulaire (lymphocytes T) et qu’aucun symptôme, ou seulement des symptômes légers, se développent.

Cela signifie que le Covid-19 est probablement beaucoup plus courant qu’on ne le pensait et que la létalité par infection est jusqu’à cinq fois plus faible qu’on ne le supposait auparavant. La létalité réelle pourrait donc être bien inférieure à 0,1 % et donc dans le domaine de la grippe saisonnière.

En fait, plusieurs études ont maintenant montré que jusqu’à 60 % des personnes ont déjà une certaine immunité cellulaire au Covid-19, qui a été acquise par contact avec des coronavirus (virus du rhume) antérieurs. Les enfants, en particulier, sont souvent en contact avec ces coronavirus, ce qui pourrait expliquer leur insensibilité au Covid19.

La nouvelle étude suisse pourrait également expliquer pourquoi les études sur les anticorps, même dans les foyers épidémiques importants comme New York ou Madrid, ont trouvé des taux d’infection d’environ 20 % au maximum, ce qui correspondrait à un taux réel de près de 100 %. Dans de nombreuses régions, la prévalence réelle pourrait déjà être bien supérieure à 50 %, et donc dans le domaine de l’immunité collective.

Si l’étude suisse devait être confirmée, l’évaluation de l’épidémiologiste d’Oxford, la professeure Sunetra Gupta, s’appliquerait, elle a en effet prédit très tôt que le Covid-19 est très répandu et que sa létalité est inférieure à 0,1 %.

Malgré la létalité relativement faible du Covid-19 (décès par infection), la mortalité (décès par population) peut encore être augmentée au niveau régional et à court terme si le virus se propage rapidement et atteint les groupes à haut risque, en particulier les patients des maisons de retraite, comme cela s’est effectivement produit dans plusieurs foyers épidémiques importants (voir ci-dessous).

En raison de sa létalité plutôt faible, le Covid-19 se situe au niveau 2 du plan de lutte contre la pandémie à cinq niveaux élaboré par les autorités sanitaires étatsuniennes. Pour cette étape, seule l‘”isolation volontaire des personnes malades” doit être appliquée, tandis que d’autres mesures telles que le port obligatoire d’un masque facial, la fermeture des écoles, les règles de distance, la recherche des contacts, les vaccinations et le verrouillage de sociétés entières ne sont pas recommandées.En ce qui concerne la recherche des contacts, une étude de l’OMS sur les pandémies de grippe de 2019 a également conclu que d’un point de vue médical, cette mesure n’est “en aucun cas recommandée“, car elle n’est pas opportune pour les maladies respiratoires facilement transmissibles et généralement bénignes.

Il est parfois avancé que la létalité plutôt faible n’était pas connue au départ. Ce n’est pas tout à fait vrai, car les données de la Corée du Sud, des bateaux de croisière et même de l’Italie ont déjà montré en mars que le risque pour la population générale est plutôt faible.

De nombreuses autorités sanitaires le savaient également, comme le montrent les fuites de courriels en provenance du Danemark à la mi-mars : “L’autorité sanitaire danoise continue de considérer que le Covid-19 ne peut pas être décrit comme une maladie généralement dangereuse, car il n’a pas d’évolution habituellement grave ni de taux de mortalité élevé”.

Cependant, certains médias et profanes continuent de calculer un taux de létalité de Covid19 prétendument beaucoup plus élevé, parfois supérieur à 1 %, en divisant simplement les décès par les “infections”. Cette procédure n’a bien sûr aucun sens car elle ne tient pas compte de l’âge et de la structure du risque de la population, ce qui est absolument crucial, surtout avec le Covid19.

Les dernières données de l’Observatoire européen de la mortalité Euromomo montrent que plusieurs pays tels que la France, l’Italie et l’Espagne enregistrent déjà une mortalité inférieure à la moyenne. La raison en est que l’âge moyen des décès par Covid19 était très élevé et que moins de personnes que d’habitude meurent aujourd’hui dans cette tranche d’âge.

Lire aussi : Studies on Covid-19 lethality (“Études sur la létalité du Covid-19”)

Bulletin de surveillance du SPR de juin 2020 sur l'épidémie de coronavirus et la coronapanique (Vidéos)

Exemple : Taux de mortalité par tranche d’âge dans le Massachusetts, États-Unis (source)

Le rôle des maisons de retraite et de santé pour personnes âgées

Les maisons de retraite et de santé pour personnes âgées ont joué un rôle absolument essentiel dans la pandémie du Covid 19. Dans la plupart des pays, un à deux tiers de tous les décès dus à Covid19 sont survenus dans des maisons de soins et de retraite, et jusqu’à 80 % au Canada et dans certains États US. Même en Suède, qui n’a pas imposé de mesures de confinement, 75 % des décès sont survenus dans des maisons de repos et des appartements de soins pour personnes âgées

Il est d’autant plus inquiétant que certaines autorités ont obligé leurs maisons de repos à admettre des patients atteints du Covid provenant des cliniques, ce qui a presque toujours entraîné de nombreuses nouvelles infections et de nombreux décès. Cela s’est produit dans le nord de l’Italie, en Angleterre et dans les États US fortement touchés de New York, du New Jersey et de la Pennsylvanie.

On sait également que la crainte généralisée du virus et le confinement annoncé ont entraîné la fuite des infirmières, principalement d’Europe de l’Est, ce qui a accéléré l’effondrement des soins aux personnes âgées.

Aux États-Unis, au moins 42 % de tous les décès dus au Covid19 sont imputables à 0,6 % de la population vivant dans des maisons de retraite. Les maisons de santé et de retraite nécessitent une protection ciblée et ne bénéficient pas d’un confinement général de la société dans son ensemble.

En outre, il n’est souvent pas clair si ces personnes sont réellement mortes à cause du Covid-19 ou de semaines de stress et d’isolement total. Par exemple, il y a eu environ 30 000 décès supplémentaires dans les maisons de retraite et de repos anglaises, mais dans seulement 10 000 cas, le Covid19 est noté sur le certificat de décès.

Rien qu’en avril, environ 10 000 patients supplémentaires atteints de démence sans infection liée au coronavirus sont morts en Angleterre et au Pays de Galles en raison des semaines d’isolement. Des enquêtes sur la situation dans les maisons de retraite ont été lancées ou demandées dans plusieurs pays.

Bulletin de surveillance du SPR de juin 2020 sur l'épidémie de coronavirus et la coronapanique (Vidéos)

Décès dans les maisons de retraite, en valeur absolue et en pourcentage (LTCCovid)

Le rôle des hôpitaux

Le deuxième facteur central concernant les infections et les décès, en plus des maisons de retraite, sont les hôpitaux eux-mêmes. Une étude de cas à Wuhan a déjà montré qu’environ 41 % des patients hospitalisés pour le Covid avaient en fait contracté la maladie dans l’hôpital même.

La contamination dans les hôpitaux a également joué un rôle décisif dans le nord de l’Italie, en Espagne, en Angleterre et dans d’autres régions gravement touchées, ce qui signifie que les cliniques elles-mêmes sont devenues le principal lieu de transmission du Covid19 à des personnes déjà affaiblies (infection dite nosocomiale) – un problème qui avait déjà été observé lors de l’épidémie de SRAS de 2003.

En l’état actuel des connaissances, les pays qui ont réussi à éviter les foyers d’infection dans les maisons de soins et les hôpitaux ont enregistré relativement peu de décès. Toutefois, le confinement général n’a joué aucun rôle, voire un rôle contre-productif (voir ci-dessous).

Il est bien connu que même les coronavirus communs (virus du rhume) peuvent être très dangereux pour les personnes vivant dans des maisons de soins. Le professeur John Ioannidis, de Stanford, a déjà souligné à la mi-mars que les coronavirus peuvent avoir un taux de mortalité allant jusqu’à 8 % dans les maisons de retraite.

Le tableau clinique du Covid-19

Le célèbre médecin légiste hambourgeois, le professeur Klaus Püschel, a présenté son étude (en anglais) sur les 12 premières des 190 autopsies détaillées du coronavirus lors d’une conférence de presse (en allemand).

Le professeur Püschel a de nouveau souligné que le Covid-19 “n’est pas aussi menaçant qu’on le soupçonnait au départ”. Le danger était “trop influencé par les images des médias”. Les médias se sont concentrés sur des cas individuels graves et ont alimenté la panique avec des “messages complètement faux”. Covid-19 n’est pas un “virus tueur” et l’appel à de nouveaux médicaments ou vaccins est “motivé par la peur, pas par les faits”.

La cause spécifique de décès des cas examinés était la pneumonie, mais dans environ 50% des cas, il y avait une thrombose veineuse dans les jambes, qui peut conduire à une embolie pulmonaire mortelle. Les reins et le muscle cardiaque étaient également partiellement touchés. Le professeur Püschel recommande donc l’administration préventive de médicaments anticoagulants pour les cas graves de coronavirus.

En ce qui concerne la thrombose et l’embolie pulmonaire, le professeur Püschel – comme d’autres experts avant lui – a souligné qu’un “confinement” avec quarantaine à la maison était “exactement la mauvaise mesure”, puisque le manque d’exercice physique favorise également la thrombose. En effet, les spécialistes étatsuniens ont déjà mis en garde contre ce risque après que même des personnes Covid-négatives aient développé une thrombose inattendue.

De nombreux médias ont à nouveau mal interprété les résultats de l’autopsie et ont parlé du Covid-19 comme d’une dangereuse “maladie multi-organes” qui, contrairement à la grippe, entraînerait une thrombose et une embolie pulmonaire. C’est bien sûr faux : on sait depuis 50 ans que même une grippe grave peut augmenter considérablement le risque de thrombose et d’embolie et peut affecter le muscle cardiaque et d’autres organes. Même la recommandation concernant l’utilisation préventive d’un anticoagulant pour la grippe grave existe depuis 50 ans déjà.

Les enfants et les écoles

De nombreuses études ont maintenant montré que les enfants n’attrapent pratiquement pas le Covid19 et ne transmettent pas ou peu le virus, ce qui était déjà connu lors de l’épidémie de SRAS de 2003. Il n’y avait donc aucune raison médicale à la fermeture des écoles à aucun moment.

Par conséquent, tous les pays qui ont rouvert leurs écoles en mai n’ont pas constaté d’augmentation des cas d’infection. Des pays comme la Suède, qui n’ont de toute façon jamais fermé leurs écoles primaires, n’ont pas non plus eu de problèmes à cet égard.

Une étude préliminaire réalisée par le virologue allemand Christian Drosten a fait valoir que le risque d’infection chez les enfants est comparable à celui des adultes et que les écoles devraient donc rester fermées. Cependant, plusieurs chercheurs ont démontré que l’étude comportait des erreurs méthodologiques. Drosten a par la suite retiré la recommandation concernant la fermeture des écoles.

Dans certaines écoles, par exemple en France et en Israël, de prétendues “épidémies de coronavirus” se seraient produites. Il est toutefois probable qu’il s’agisse de transmissions d’enseignants à des écoliers qui, à leur grand désarroi, sont régulièrement testés, bien qu’ils ne présentent pratiquement aucun symptôme et qu’ils soient eux-mêmes peu ou pas du tout contagieux.

La Fondation britannique pour la maladie de Kawasaki a une nouvelle fois critiqué la couverture médiatique douteuse et lugubre de la maladie de Kawasaki. En fait, il n’y a eu aucune augmentation significative des cas de Kawasaki et aucune association prouvée avec le Covid-19. Les réactions inflammatoires générales chez les enfants sont également connues pour d’autres infections virales, mais le nombre de cas signalés jusqu’à présent est extrêmement faible.

Les associations médicales allemandes ont également donné le feu vert : le Covid-19 est imperceptible ou très léger chez presque tous les enfants. Les écoles et les garderies doivent donc être ouvertes immédiatement et sans restrictions, c’est-à-dire qu’il n’est pas nécessaire de former de petits groupes, de respecter des règles de distance ou de porter des masques.

Bulletin de surveillance du SPR de juin 2020 sur l'épidémie de coronavirus et la coronapanique (Vidéos)

Des écoliers en France doivent jouer dans des boîtes tracées à la craie dans la cour de récréation (15 mai 2020, DailyMail )

Sur l’efficacité des masques

Indépendamment de la létalité relativement faible du Covid19 dans la population générale (voir ci-dessus), il n’existe toujours pas de preuves scientifiques de l’efficacité des masques chez les personnes en bonne santé et asymptomatiques dans la vie quotidienne.

Une étude transnationale menée par l’université d’East Anglia a conclu que l’obligation de porter un masque n’était pas bénéfique et pouvait même augmenter le risque d’infection.

Deux professeurs étatsuniens et experts en protection respiratoire et contre les infections de l’université de l’Illinois expliquent dans un article que les masques respiratoires n’ont aucun effet dans la vie quotidienne, ni en tant qu’autoprotection ni pour protéger des tiers (contrôle à la source). L’utilisation généralisée des masques n’a pas non plus empêché l’épidémie dans la ville chinoise de Wuhan.

Une étude réalisée en avril 2020 dans la revue Annals of Internal Medicine a conclu que ni les masques en tissu ni les masques chirurgicaux ne peuvent empêcher la propagation du virus Covid19 par la toux.

Un article du New England Journal of Medicine de mai 2020 conclut également que les masques respiratoires n’offrent que peu ou pas de protection dans la vie quotidienne. L’exigence d’un masque est décrite comme un “réflexe de peur irrationnelle”.

Une méta-étude de mai 2020 sur la grippe pandémique publiée par le CDC étatsunien a également conclu que les masques respiratoires n’avaient aucun effet.

En Autriche, l’obligation de porter un masque dans le commerce de détail et la restauration sera à nouveau levée à partir de la mi-juin. L’obligation de porter un masque n’a jamais été introduite en Suède car elle “n’offre pas de protection supplémentaire à la population”, comme l’a expliqué l’autorité sanitaire.

De nombreux hommes politiques, journalistes et policiers ont déjà été pris en train de mettre leur masque dans une foule, spécialement pour les caméras de télévision, ou de l’enlever immédiatement lorsqu’ils croyaient ne plus être filmés.

Dans certains cas, il y a eu des attaques policières brutales parce qu’une personne “ne portait pas son masque correctement”. Dans d’autres cas, les personnes handicapées qui ne peuvent et ne doivent pas porter de masque ne sont pas autorisées à entrer dans les grands magasins.

Contrairement à toutes ces preuves, un groupe appelé “masks4all”, qui a été fondé par un “jeune dirigeant” du Forum économique mondial (FEM) de Davos, plaide en faveur d’une obligation mondiale de porter un masque. Différents gouvernements et l’OMS semblent y répondre.

Dans ce contexte, les critiques soupçonnent que les masques sont plus susceptibles d’avoir une fonction psychologique ou politique (“muselière” ou “signe visible d’obéissance”) et que leur port fréquent peut entraîner des problèmes de santé supplémentaires.

Sur l’origine du virus

À la mi-mars, certains chercheurs ont fait valoir dans une lettre adressée à la revue Nature Medicine que le virus Covid19 devait être d’origine naturelle et non “issu d’un laboratoire”. Ils ont cité la structure du virus et le fait que la liaison au récepteur des cellules ACE2 humaines ne correspondait pas au maximum théorique.

Entre-temps, cependant, de nombreux virologistes renommés ont contredit cet argument. Une origine artificielle dans le cadre de la recherche fonctionnelle virologique est “au moins aussi plausible” qu’une origine naturelle. En fait, les coronavirus de ce type font l’objet de recherches intensives dans plusieurs laboratoires depuis près de 20 ans (l’épidémie de SRAS en 2003), disent-ils.

En particulier, les arguments en faveur d’une origine artificielle sont que la liaison au récepteur cellulaire ACE2 humain est nettement plus forte que chez tous les animaux d’origine courants et qu’aucun animal d’origine n’a encore été identifié à ce jour. En outre, le virus contient des séquences de gènes frappantes qui renforcent sa transmissibilité et qui auraient pu être insérées artificiellement.

La théorie initiale du marché des animaux à Wuhan a depuis été rejetée parce qu’aucun animal n’y a été testé positif et qu’un tiers des tout premiers patients n’avait aucun lien avec le marché des animaux. Le marché des animaux est maintenant considéré comme un lieu de transmission secondaire.

On sait que le laboratoire virologique de Wuhan, en collaboration avec les États-Unis et la France, a fait des recherches sur les coronavirus et a ainsi généré des “agents pathogènes potentiellement pandémiques” (PPP) particulièrement faciles à transmettre et/ou particulièrement dangereux. En outre, plusieurs accidents de laboratoire avec libération de virus ont eu lieu en Chine et aux États-Unis.

L’observateur impartial doit donc continuer à envisager plusieurs options réalistes : une origine naturelle du virus (comme on le suppose avec le SRAS 2003), un accident de laboratoire dans le cadre de la recherche fonctionnelle (probablement à Wuhan), ou même une libération ciblée par un acteur géopolitiquement intéressé en Orient ou en Occident.

Néanmoins, le virus Covid19 n’est pas une “arme biologique” au sens classique du terme : le virus est très facilement transférable, mais pas particulièrement dangereux pour la population en général. Des études sur les animaux ont montré que des coronavirus beaucoup plus mortels peuvent être générés.

Bulletin de surveillance du SPR de juin 2020 sur l'épidémie de coronavirus et la coronapanique (Vidéos)

Comparaison des séquences d’acides aminés des coronavirus (Yuri Deigin)

Vaccins contre le Covid-19

De nombreux experts ont déjà souligné qu’un vaccin express contre le nouveau coronavirus n’est ni nécessaire ni utile en raison de la faible létalité globale (voir ci-dessus) et de la propagation déjà en déclin. La protection des groupes à risque, en particulier dans les maisons de retraite, pourrait être beaucoup plus ciblée.

Certains experts, comme l’infectiologue suisse Dr Pietro Vernazza, ont également souligné que l’expérience montre que le groupe à haut risque en particulier bénéficie le moins de la vaccination, puisque son système immunitaire ne réagit plus de manière adéquate au vaccin.

Divers experts ont également souligné les risques sanitaires importants d’un vaccin express. En fait, la vaccination contre la grippe dite “porcine” à partir de 2009/2010, par exemple, a entraîné des dommages neurologiques parfois graves, en particulier chez les enfants, et a donné lieu à des millions de demandes de dommages et intérêts.

Néanmoins, plusieurs milliards de dollars de fonds privés et publics ont déjà été collectés pour le développement d’un vaccin. Un “certificat d’immunité” pour le travail et les voyages est toujours en cours de discussion. Cependant, contrairement à ce que rapportent la plupart des médias, les deux principaux projets de vaccins ont connu de graves complications.

Dans le cas du vaccin de l’université d’Oxford, lors d’expériences sur des animaux, les six singes rhésus sont tombés malades avec le Covid19 malgré la vaccination et ont été aussi infectieux que les singes non vaccinés. Néanmoins, le vaccin est passé à la phase de test sur l’homme. Cependant, le responsable du projet a expliqué que le coronavirus était déjà devenu si rare dans la population que l’essai clinique pourrait ne donner aucun résultat.

Dans le cas du nouveau vaccin à ARN de Moderna, qui a été exceptionnellement testé directement sur l’homme, 20 % des participants du groupe à forte dose ont eu un “effet secondaire grave”, bien que Moderna n’ait autorisé que des personnes en très bonne santé à l’essayer.

L’un des participants de Moderna a ensuite été présenté et interviewé par CNN en tant que “héros”. Cependant, il a été convenu de ne pas mentionner que le participant s’était évanoui après la vaccination et était aussi devenu “malade comme jamais auparavant dans sa vie”. Plusieurs experts ont également critiqué Moderna pour ne pas avoir suffisamment divulgué leurs données cliniques.

Le directeur du programme étatsunien de développement rapide du vaccin Corona était lui-même auparavant directeur chez Moderna. Le président Trump a également annoncé que le vaccin pourrait être distribué dans tout le pays avec l’armée étatsunienne. Certains pays, comme le Danemark, ont déjà créé la base légale pour la vaccination obligatoire de toute la population. En Allemagne aussi, plusieurs politiciens se sont prononcés en faveur de la vaccination obligatoire.

Les partisans de la vaccination obligatoire, comme le président de la médecine mondiale Frank Montgomery, affirment que la population doit être vaccinée pour protéger ceux qui ne peuvent pas l’être pour des raisons de santé. Compte tenu de la létalité plutôt faible du Covid19 et de la prévalence déjà importante, cette argumentation semble toutefois plus contestable. En outre, il existe les risques graves liés au vaccin décrits ci-dessus.

Néanmoins, le responsable du plus grand portail européen de vente de billets, Eventim, a déclaré que “les événements majeurs pourraient ne pas se reproduire tant qu’il n’y aura pas de vaccin ou de médicament efficace correspondant”.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui a coprésidé le sommet sur les vaccins début juin avec le milliardaire étatsunien Bill Gates, a décrit l’alliance GAVI sur les vaccins comme une sorte d’“OTAN de la santé“.

Les chefs de gouvernement au sommet mondial sur les vaccins le 4 juin 2020 ( GAVI )
Médicaments contre le Covid-19

La situation concernant les médicaments utiles pour les cas graves de Covid19 reste très floue. Le seul consensus est que les anticoagulants sont utiles pour prévenir les thromboses et embolies mortelles (comme dans le cas de la grippe grave).

L’hydroxychloroquine (HCQ), médicament contre le paludisme, fait l’objet de vives discussions depuis des mois. Le journal Lancet a publié fin mai une étude selon laquelle l’HCQ entraîne des problèmes cardiaques. L’OMS a alors cessé toutes ses études sur la HCQ. Peu de temps après, cependant, on a appris que l’étude de Lancet était basée sur un ensemble de données manipulées.

L’étude du Lancet et une autre étude du New England Journal of Medicine (NEJM) ont dû être retirées, ce qui constitue l’un des plus grands scandales médicaux de ces dernières années. La raison de l’étude manipulée n’est pas claire, cependant, l’auteur principal semble être impliqué dans une étude sur un médicament concurrent, le Remdesivir, au même moment.

L’utilisation du remdesivir par la société pharmaceutique Gilead a elle-même été mise sous pression après qu’une première étude ait montré que le médicament ne pouvait pas réduire le risque de décès. Cependant, de nombreux médias ont ignoré cette information et ont tout de même fait état de résultats positifs concernant le médicament.

Un ancien ministre français de la santé a révélé dans une interview que les rédacteurs du Lancet et du NEJM ont expliqué dans un panel de discussion confidentiel que la pression et l’influence des compagnies pharmaceutiques étaient devenues si importantes qu’elles ne pouvaient plus guère faire de la vraie science. Les deux rédacteurs auraient même parlé d’une approche “criminelle”.

Diverses cliniques utilisent ou étudient l’HCQ chez les patients atteints de Covid19, parfois en combinaison avec du zinc, des vitamines ou d’autres médicaments. Cependant, on sait que l’HCQ peut entraîner des complications fatales dans la particularité métabolique du favisme, qui se produit notamment chez les personnes originaires d’Afrique et de la région méditerranéenne.

Malheureusement, il faut supposer qu’une médication incorrecte ou trop agressive avec de l’HCQ, des stéroïdes, des antibiotiques et des agents antiviraux ainsi qu’une ventilation invasive pendant la pandémie de coronavirus ont conduit à de nombreux décès supplémentaires et évitables.

Avis d’experts (sélection)
  • Le médecin en chef britannique, le Dr Chris Witty, a déclaré lors d’une conférence que Covid19 ne représentait “aucun danger pour la majorité de la population” et que la plupart des gens ne tomberaient pas malades ou seulement légèrement, et même pour ceux qui sont gravement malades, les chances de guérison sont bonnes.
  • Michael Levitt, professeur à Stanford et prix Nobel de chimie, explique dans un nouveau post que les confinements n’ont pas sauvé de vies mais en ont coûté beaucoup. Un “virus de la panique” s’est répandu parmi les politiciens du monde entier, a déclaré le professeur Levitt.
  • Le professeur Karel Sikora, de l’université de Buckingham, a affirmé dans une interview qu’en fin de compte, la peur “tuera beaucoup plus de gens que le virus”, y compris les patients cardiaques et cancéreux non traités. Les écoles devraient être ouvertes rapidement et les masques devraient rester une décision individuelle car leurs avantages n’ont pas été prouvés. Il faut revenir à une “ancienne normalité” et non à une “nouvelle normalité”. (Note : la vidéo avec le professeur Sikora a été temporairement supprimée par YouTube et n’a été réactivée qu’après des protestations).
  • L’ancien ministre israélien de la santé, le professeur Yoram Lass, estime que les mesures de confinement sont “totalement disproportionnées” et constituent une menace aiguë pour des centaines de millions de personnes dans le monde. Le Covid19 est comparable à une épidémie de grippe et n’aurait jamais justifié une telle destruction politique des moyens de subsistance. Les gens ont été intimidés et ont subi un “lavage de cerveau”.
  • La professeure d’épidémiologie d’Oxford, Sunetra Gupta, affirme dans une nouvelle interview que la létalité du Covid19 est probablement inférieure à 0,1% et qu’un grand nombre de personnes ont déjà été en contact avec le virus.
  • Un employé du ministère allemand de l’intérieur, responsable de la protection contre les catastrophes, ainsi que des experts externes ont rédigé un document d’analyse de 100 pages sur la gestion de la crise du coronavirus, qui a été divulgué à la presse au début du mois de mai et a suscité de vives réactions. Dans ce document, le Covid-19 est décrit comme une “fausse alerte mondiale” car “il n’y a probablement eu à aucun moment un risque au-delà du niveau normal” pour la population en général. Les dommages collatéraux causés par le confinement sont maintenant nettement plus élevés que le bénéfice reconnaissable et dépassent de loin le potentiel de risque du coronavirus. Rien qu’en mars et avril, plus d’un million d’opérations n’ont pas été menées en Allemagne. Les données fournies par le RKI officiel n’étaient “pas fiables” comme base de décision. Le fonctionnaire a ensuite été licencié parce qu’il avait créé le document “sans autorisation”.
  • Un groupe dirigé par le professeur Sucharit Bhakdi a fondé l’Association des médecins et des scientifiques pour la santé, la liberté et la démocratie (MWGFD), qui a déjà été rejointe par plus de 16 000 sympathisants. Début juin, le groupe a publié un appel au gouvernement fédéral et à tous les gouvernements des États pour qu’ils lèvent immédiatement et complètement les mesures imposées par la loi Coronavirus. Le livre du professeur Bhakdi, Corona : A False Alarm ?, qui paraîtra fin juin, est déjà un best-seller amazonien du seul fait des précommandes.
  • Un médecin en chef de la médecine intensive de l’hôpital universitaire de Zurich, qui a soigné des patients atteints de la maladie du Covid 19, a critiqué dans une vidéo largement diffusée le “alarmisme” associé à cette maladie. Pour la grande majorité des gens, il n’y a pas de risque significatif de décès, les chiffres sont globalement comparables à ceux des vagues de grippe précédentes. Les groupes à risque pourraient être protégés de manière ciblée, alors que le confinement n’empêche que l’immunisation de la population générale. En outre, des personnes meurent en raison de l’insuffisance de l’offre médicale dans d’autres régions. Les dommages médicaux et sociaux ont longtemps été plus importants que les bénéfices. La protection faciale partiellement obligatoire pour les écoliers n’a également “aucun sens ni aucun avantage médical” et fait peser une lourde charge sur les enfants. Le “comptage quotidien” des cas est absurde et ne fait que répandre la peur. Les médias suisses ont essayé de faire pression sur l’hôpital universitaire de Zurich après la diffusion de la vidéo. Le médecin a depuis retiré la vidéo originale
  • Le médecin-chef suisse en infectiologie, le Dr Pietro Vernazza, s’appuyant sur des études de cas actuelles, explique que les mesures de la fièvre et la recherche des contacts ne sont pas utiles en raison de l’évolution souvent sans symptômes et de la transmission facile du Covid19.
  • Le Dr Beda Stadler, immunologiste suisse bien connu, explique dans un article que le Covid19 est une “maladie très sélective” et ne représente un risque réel que pour très peu de personnes. Les médias, en revanche, se sont concentrés sur les quelques cas individuels atypiques qui existent avec chaque maladie. De nombreux scientifiques se sont trop concentrés sur leurs modèles et trop peu sur la réalité. La recherche planifiée des contacts est médicalement “insensée” et ne répand “que la panique”.
  • Aperçu : 250 worldwide expert voices against corona dogmas (“250 voix d’experts du monde entier contre les dogmes du sur le coronavirus (allemand)”)
Exemples de réussite

Suède : La Suède n’avait pas de mesures de confinement, pas d’obligation de porter un masque et pas de fermeture d’écoles primaires, mais s’appuyait principalement sur la responsabilité personnelle et la coopération de la population. Cette approche a bien fonctionné et la Suède n’a connu qu’un faible taux de mortalité dans la population générale, comparable à une forte vague de grippe saisonnière.

Néanmoins, le taux de mortalité global était sensiblement plus élevé que dans les pays scandinaves voisins ou en Allemagne et est comparable à celui de l’Angleterre. La véritable raison en est cependant que près des trois quarts des décès suédois se sont produits dans des maisons de retraite et des appartements médicaux pour personnes âgées. L’âge médian des décès suédois est probablement le plus élevé au monde, soit 86 ans.

Le gouvernement suédois a présenté ses excuses pour la protection insuffisante des patients en soins infirmiers et a annoncé une enquête. De nombreux médias ont tenté de présenter cela comme un prétendu “échec de la stratégie de non-confinement”, bien que les maisons de santé aient besoin d’une protection ciblée et ne bénéficient pas d’une fermeture générale.

En outre, même la mortalité totale en Suède est restée inférieure aux fortes vagues de grippe saisonnière des trente dernières années. En outre, la Suède peut désormais bénéficier d’une immunité naturelle très élevée, surtout si l’on considère les dernières études immunologiques sur la gamme réelle des tests d’anticorps (voir ci-dessus).

La Floride : Malgré la présence de nombreux seniors, la Floride a introduit des restrictions minimales et aucun confinement général, même les plages populaires ont été rouvertes tôt, ce qui a été fortement critiqué par de nombreux médias étatsuniens. Néanmoins, la Floride s’est très bien comportée par rapport à d’autres États et a récemment enregistré environ 2300 décès sur une population de 21 millions d’habitants, ce qui correspond à la mortalité de l’Allemagne.

Dans une interview, le gouverneur a expliqué que, contrairement aux médias, il s’est très vite rendu compte, en se basant sur les chiffres de la Corée du Sud et de l’Italie, que le Covid19 n’était dangereux que pour un très petit groupe à risque et qu’il protégeait donc au mieux les maisons de retraite. En termes de prévention, les maisons de retraite sont encore plus importantes que les cliniques elles-mêmes, et cette stratégie a fait ses preuves. Fin mai, le gouverneur a annoncé que les camps d’été et les activités pour les jeunes pouvaient se dérouler sans restrictions.

Le Japon : Le Japon a enregistré certains des premiers cas de Covid19 en dehors de la Chine, mais n’a pas instauré de confinement. Fin mars, le Japan Times a demandé : “Where’s the coronavirus explosion?” (“Où est l’explosion de coronavirus ?”). Bloomberg rapporte maintenant que la crise du coronavirus ne s’est jamais matérialisée : il n’y a eu aucune restriction de mouvement, les restaurants et les coiffeurs sont restés ouverts, il n’y a pas eu d'”applications de suivi” et aucun test de masse de la population en général. Néanmoins – ou à cause de cela – le Japon est aujourd’hui de loin le pays qui compte le moins de décès par rapport aux pays industrialisés du G7.

Il est parfois avancé que les masques ont été décisifs pour le succès du Japon. Cependant, les masques sont volontaires au Japon et n’ont pas arrêté l’épidémie dans la ville chinoise de Wuhan, tandis que la Suède, la Floride et d’autres régions qui ont réussi n’ont pas utilisé de masques dans la population générale.

Biélorussie : La Biélorussie a probablement mis en place la moindre restriction de toutes les nations industrialisées et a même organisé des événements majeurs tels que les célébrations des 75 ans de la fin de la Seconde Guerre mondiale. La Biélorussie compte néanmoins officiellement moins de 300 décès au Covid19, même après plus de trois mois. Le président de longue date, Loukachenko, qui a qualifié à plusieurs reprises le Coronavirus de “psychose”, a déclaré à la mi-mai que la capitale, Minsk, avait déjà dépassé le pic. La décision de traiter les cas de Covid19 comme une pneumonie normale était correcte. Cependant, en fin de compte, seules les statistiques sur la mortalité globale pourront montrer si les chiffres biélorusses sont vraiment corrects.

Une plage de Floride pendant la pandémie de Coronavirus (NBC)

Notes complémentaires
  • Les voies de transmission : Un nouveau rapport de l’agence sanitaire étatsunienne CDC conclut que le virus se transmet principalement par contact direct avec l’homme et “ne se propage pas facilement sur les surfaces”. Le virologiste allemand Hendrik Streeck a déjà pu démontrer que le nouveau coronavirus ne se propage pas ou peu à travers des objets ou des aérosols flottant dans l’air.
  • Règles de distance : L’Islande a déclaré les règles de distance facultatives à la fin du mois de mai et a rouvert des bars et des clubs. La Suisse a converti les règles de distance en une recommandation volontaire. Une étude Cochrane de 2011 a déjà montré que l’efficacité des mesures de “distanciation sociale” n’est pour l’instant guère démontrée.
  • Les opérations chirurgicales : Selon un article du British Journal of Surgery, environ 28 millions d’opérations chirurgicales, dont de nombreuses chirurgies du cancer, ont été annulées ou reportées dans le monde entier sur 12 semaines en raison des mesures contre le coronavirus.
  • Années de vie : Une évaluation réalisée par quatre professeurs étatsuniens arrive à la conclusion que le confinement aux États-Unis coûtera environ deux fois plus d’années de vie que le Covid-19 et que cette mesure était donc très contre-productive, même d’un point de vue médical.
  • La saison des coronavirus : Une nouvelle étude publiée dans le Journal of Infectious Diseases montre que les coronavirus sont “fortement saisonniers” entre décembre et avril/mai.
  • Test de dépistage des virus : Un mathématicien allemand explique pourquoi le faible nombre d’infections restantes dans de nombreux pays consiste en grande partie en des résultats faussement positifs, même avec des tests PCR assez précis, et que la pandémie “semble donc ne jamais prendre fin”.
  • Deuxième vague” : Les études sur une “deuxième vague” reposent parfois sur des hypothèses totalement irréalistes, telles qu’un risque constant d’infection et de décès dans toutes les tranches d’âge. Néanmoins, l’exemple de la grippe de Hong Kong de 1968 montre que la propagation mondiale des pandémies peut en effet s’étendre sur plusieurs saisons.
  • Italie : Près de 5 % de la population de Milan avait déjà des anticorps contre Covid19 à la mi-février, c’est-à-dire avant le déclenchement de l’épidémie en Italie. Cela indique à nouveau que le virus circulait déjà en Europe plus tôt qu’on ne le pensait.
  • Le chômage : L’Agence internationale du travail (OIT) prévoit qu’en raison des mesures politiques contre le coronavirus, la moitié des employés du monde, soit 1,6 milliard de personnes, risquent de perdre leurs moyens de subsistance.
  • Vérification des faits : 13 misleading and false claims about the corona epidemic (German) (“13 affirmations fausses et trompeuses sur l’épidémie du coronavirus (en allemand)”)
  • Revue : Why American life went on as normal during the killer pandemic of 1969 (“Pourquoi la vie étatsunienne s’est déroulée normalement pendant la pandémie meurtrière de 1969”)
  • Revue : The ‘Great Pandemic Of 1957’ – And Why Nobody Remembers It (“La “grande pandémie de 1957” – et pourquoi personne ne s’en souvient“)
Le rôle des médias

La plupart des médias traditionnels, qui font presque tous partie de réseaux géopolitiques d’élite, ont mené une importante campagne de peur pendant la période du Coronavirus, un comportement qui est généralement observé en relation avec les guerres d’agression ou les prétendues attaques terroristes.

Le risque pour la population en général était grandement exagéré, les politiques officielles étaient à peine remises en question, la situation dans les hôpitaux était dramatisée, des images manipulées étaient utilisées, des campagnes étaient mises en scène et les manifestants étaient systématiquement diffamés comme “idiots”.

Il est vrai que certains médias conservateurs ont critiqué les mesures de confinement économiquement néfastes. La vraie question, cependant, est de savoir s’ils critiqueront également les mesures de surveillance désormais prévues, telles que la recherche générale des contacts sociaux (voir ci-dessous).

La plupart des médias indépendants ont tôt ou tard réalisé que le risque du coronavirus était exagéré et exploité politiquement. Seuls quelques médias indépendants ne s’en sont pas rendu compte, peut-être parce qu’ils n’avaient pas de formation médicale ou parce qu’ils se sont laissés prendre à la campagne de peur officielle.

Certains analystes ont comparé le Covid-19 à une opération psychologique qui utilise la peur du virus induite par les médias pour provoquer un changement politique et social.

Les plateformes étatsuniennes telles que Google, Youtube, Facebook et Twitter ont largement censuré les questions sur le coronavirus en supprimant les points de vue critiques même des médecins ou en limitant leur diffusion, comme cela a longtemps été la norme pour les questions géopolitiques.

Cependant, les utilisateurs des médias modernes ont la possibilité d’utiliser des moteurs de recherche sans manipulation comme DuckDuckGo et des plateformes vidéo indépendantes comme Bitchute, ainsi que d’utiliser généralement un bloqueur de publicité et de suivi sur les sites de médias propagandistes.

Une interview contradictoire avec le professeur Karel Sikora qui a été temporairement supprimée par Youtube (Unherd)

Développements politiques

De nombreux observateurs ont déjà attiré l’attention sur le fait que la “crise du coronavirus”, principalement induite politiquement, est ou pourrait être utilisée pour des changements sociaux et économiques de grande envergure.

En mars, le lanceur d’alerte de la NSA Edward Snowden a averti que les gouvernements utilisent la crise du coronavirus temporaire comme une occasion ou un prétexte pour étendre de façon permanente la surveillance et le contrôle social, établissant ainsi une “architecture de l’oppression”.

Parmi les mesures actuellement en cours de discussion ou déjà mises en œuvre, on peut notamment citer

  1. L’introduction d’applications pour la recherche de contacts à l’échelle de la société
  2. Construire des unités pour renforcer la recherche et l’isolement des citoyens
  3. L’introduction de cartes d’identité biométriques numériques qui peuvent être utilisées pour contrôler et réglementer la participation à des activités sociales et professionnelles.
  4. L’élargissement du contrôle des voyages et des opérations de paiement (par exemple, suppression des espèces).
  5. La création de bases juridiques pour l’accès aux systèmes biologiques des citoyens par les gouvernements ou les entreprises (par le biais de ce que l’on appelle les “vaccinations obligatoires”).

Plus de 600 scientifiques ont mis en garde contre une “surveillance sans précédent de la société” par le biais d’applications problématiques de “recherche des contacts”. Dans certains pays, cette “recherche des contacts” est déjà effectuée directement par les services secrets. Dans plusieurs régions du monde, la population est déjà surveillée par des drones et fait l’objet d’une surveillance policière excessive.En mai, Apple et Google ont ajouté une interface de recherche des contacts aux systèmes d’exploitation de trois milliards de téléphones portables qui peuvent désormais être utilisés par les autorités nationales.

Et ce, malgré le fait qu’une récente étude de l’OMS sur la grippe pandémique ait conclu que la recherche des contacts n’est pas judicieuse d’un point de vue médical et qu’elle n’est “recommandée en aucun cas”, car les avantages épidémiologiques de telles applications restent douteux.

Il est souvent avancé que les applications de recherche des contacts resteraient “volontaires” et “conformes à la protection des données”. Cependant, dans la pratique, ni l’une ni l’autre n’est vraiment vrai.

Dans plusieurs pays, l’utilisation des applications est déjà obligatoire pour certaines activités. En Inde, divers employeurs, administrations, propriétaires et sociétés de transport exigent l’utilisation de l’application de recherche. En Argentine, toute personne qui se trouve dans “l’espace public” doit activer le suivi des contacts.

Certains hommes politiques allemands ont déjà préconisé de privilégier les utilisateurs de l’application lors de leurs déplacements ou de leurs sorties au restaurant. Le Premier ministre israélien Netanyahu, pour sa part, a parlé de l’utilisation de “capteurs” pour le contrôle des distances chez les enfants.

A Singapour, l’application “volontaire” a été installée par moins de personnes que prévu, c’est pourquoi le gouvernement veut maintenant la rendre obligatoire pour certains espaces et services publics. Dans certains parcs, le contrôle à distance est déjà surveillé par des robots.

En Australie, les personnes qui ne veulent pas utiliser l’application de suivi des contacts sont insultées par les médias, qui les considèrent comme des idiots et un danger, et sont donc soumises à une pression sociale.

La protection des données du système de suivi des contacts prétendument “décentralisé” est également problématique. Le professeur d’informatique néerlandais Jaap-Henk Hoepmann a déjà expliqué en avril que même les solutions soi-disant décentralisées peuvent très facilement être utilisées pour le contrôle et la surveillance.

En raison de la rapidité de l’introduction, le président de la Société allemande d’informatique a soupçonné que les fonctions “étaient depuis longtemps dans les appareils” et qu’il suffisait de les “régler avec précision”. Il considère les applications comme un “cheval de Troie”.

Parallèlement à l’introduction des applications, de nombreux pays ont commencé à mettre en place des unités spéciales pour la recherche des contacts et l’isolement des citoyens.

Aux États-Unis, une législation de 100 milliards de dollars a été proposée pour mettre en place un “corps national de dépistage et de traçage des coroners” comptant jusqu’à 180 000 membres. Les États de New York et de Californie sont déjà en train de mettre sur pied des “armées de recherche des contacts” comptant chacune jusqu’à 20 000 membres. Dans l’État de Washington, la Garde nationale doit y participer et ceux qui ne coopèrent pas “volontairement” peuvent être contraints de le faire.

L’Italie a annoncé la création d’un corps de 60 000 volontaires, et la Suisse et d’autres pays ont également commencé à construire de telles unités. En Allemagne, il y a déjà eu des tests de masse dans des immeubles résidentiels sous la menace de la coercition policière.Le logiciel de recherche des contacts à l’échelle de la société aux États-Unis, en Grande-Bretagne et éventuellement dans d’autres pays européens est fourni par l’entreprise technologique Palantir du milliardaire étatsunien Peter Thiel, liée à la CIA. En Israël, le logiciel de recherche des contacts de la célèbre société de cyber-espionnage NSO est utilisé.

Un lanceur d’alerte qui a participé à un programme de formation pour les traqueurs de contacts aux États-Unis l’a décrit dans une interview vidéo comme “totalitaire” et “dangereux pour la société”.

Toutes ces mesures sont mises en œuvre, bien que le bénéfice épidémiologique ne soit pas clair et que l’OMS se soit explicitement prononcée contre la recherche des contacts, qui est par ailleurs utilisée principalement pour les maladies sexuelles graves ou les intoxications alimentaires, qui, contrairement aux maladies respiratoires fréquentes, peuvent facilement être facilement retracées.

Outre les applications et les unités spéciales de recherche des contacts, il existe également des projets ou des plans spécifiques pour les “cartes d’immunité“, qui pourraient être utilisées, par exemple, pour contrôler les déplacements et les activités professionnelles de la population. En fait, l’UE prévoyait d’introduire un tel certificat de vaccination depuis 2018.

Ces “cartes de vaccination” sont à leur tour liées à un “programme de vaccination” mondial, sur lequel on travaille également actuellement. Par exemple, le milliardaire étatsunien et investisseur en vaccins Bill Gates a appelé à la vaccination contre le coronavirus pour “sept milliards de personnes”. AstraZeneca se prépare actuellement à produire deux milliards de doses du vaccin d’Oxford, encore non testé.

D’un point de vue stratégique, un tel programme mondial de vaccination permettrait d’accéder aux systèmes biologiques de la population, en particulier les systèmes immunitaire et nerveux et le système génétique et reproductif.

Dans le domaine économique, on observe une poussée de la numérisation et de la centralisation en faveur de quelques sociétés technologiques étatsuniennes, comme l’a demandé dans un document stratégique de 2019 la Commission nationale de sécurité étatsunienne sur l’intelligence artificielle (NSCAI), dirigée par l’ancien PDG de Google, Eric Schmidt, pour pouvoir concurrencer la Chine.

Le Forum économique mondial (WEF) de Davos, qui, avec la Fondation Gates et l’Université Johns Hopkins, a déjà organisé en octobre 2019 le célèbre exercice sur la pandémie de coronavirus “Event 201“, a appelé à un “Grand Réinitialisation” mondial afin de préparer les structures économiques et sociales du XXIe siècle.

Entre-temps, plusieurs cardinaux et évêques de l’Église catholique ont averti dans une lettre ouverte que, sous le prétexte du coronavirus, une panique mondiale avait été déclenchée pour introduire des formes inacceptables de surveillance mondiale et de contrôle de la population.

L’idée qu’une pandémie puisse être utilisée pour étendre la surveillance et le contrôle au niveau mondial n’est pas nouvelle. Dès 2010, la Fondation étatsunienne Rockefeller a décrit dans un document de travail sur les futurs développements technologiques et sociaux un “scénario de confinement” dans lequel les développements actuels ont été anticipés avec une précision surprenante (à partir de la page 18).

Contributions créatives
Le détecteur de distanciation sociale de l’IA (Youtube)
B. Pays et régions
Scandinavie
  • Le Danemark : Au Danemark, des fuites de courriels ont révélé que, contrairement aux déclarations politiques, l’autorité sanitaire s’est prononcée contre un confinement en mars et a écrit : “L’autorité sanitaire danoise continue de croire que le Covid-19 ne peut être décrit comme une maladie généralement dangereuse parce qu’elle n’est ni normalement grave, ni n’a un taux de mortalité élevé. “En outre, un taux de reproduction plus faible n’a pas été publié pour des raisons politiques afin de justifier le confinement. Le Parlement danois a maintenant décidé de faire enquêter une commission d’experts sur la politique du gouvernement.
  • Norvège : La Première ministre norvégienne a publiquement admis qu’elle avait paniqué en mars et que la plupart des mesures de confinement n’auraient probablement pas été nécessaires. En Norvège aussi, on a appris que le nombre de reproduction était déjà tombé à la valeur stable de 1 avant le confinement. Dans le cas d’une “deuxième vague”, il faudrait choisir une stratégie beaucoup plus douce sans confinement, a déclaré la Première ministre.
  • Suède : Malgré l’énorme pression internationale, la Suède a bien géré la période du Coronavirus sans confinement et la mortalité globale est restée dans la fourchette des fortes vagues de grippe précédentes. 75% des décès se sont produits dans des maisons de retraite, un problème sur lequel le gouvernement a promis d’enquêter. Les médias internationaux ont tenté de présenter cette situation comme un “échec de la stratégie suédoise”, ce qui est évidemment faux, car les maisons de retraite ont besoin d’une protection ciblée et ne bénéficient pas d’un confinement général de la société.
  • Les écoles : La Finlande et le Danemark n’ont pas connu d’augmentation des cas de Coronavirus après la réouverture de leurs écoles. La Suède a maintenu ses écoles primaires ouvertes pour commencer.
Les États-Unis
  • Fin mai, il y avait environ 100 000 décès positifs aux États-Unis. Le taux de mortalité global depuis le début de l’année était toutefois de l’ordre de la forte saison de la grippe de 2017/2018 (voir le graphique ci-dessous). Au moins 42 % des décès sont survenus dans des maisons de retraite, qui représentent 0,6 % de la population étatsunienne et n’ont pas bénéficié d’un confinement général.
  • Selon une étude de JP Morgan, dans les États qui n’ont pas mis en place un confinement ou qui l’ont supprimé prématurément, il n’y a pas eu d’augmentation de la mortalité.
  • Une évaluation réalisée par quatre professeurs étatsuniens arrive à la conclusion que le confinement aux États-Unis coûtera environ deux fois plus d’années de vie que le Covid-19.
  • Dans une lettre ouverte, plus de 600 médecins ont mis en garde le président étatsunien Donald Trump contre les dangers d’un confinement prolongé. Le confinement était lui-même un “incident faisant de nombreuses victimes”.
  • Dans une autre lettre ouverte au vice-président étatsunien Mike Pence, les médecins étatsuniens appellent à une ouverture rapide de la société. La dangerosité du Covid-19 s’est avérée bien moindre que ce que l’on avait supposé au départ. Les groupes à risque sont connus et peuvent être protégés de manière ciblée. Une immunisation sûre de la société est également possible sans vaccination. Les médias ont terrorisé inutilement la population, provoquant une forte augmentation du désespoir et des suicides.
  • La plupart des hôpitaux de campagne de l’armée étatsunienne, qui ont été construits pour un montant total de 660 millions de dollars, ont fermé à nouveau en mai sans traiter un seul patient.
  • Un traumatologue californien a déclaré dans un post qu’il y avait plus de tentatives de suicide en mai que d’habitude en un an, et que les suicides dépassaient de loin le nombre de décès par coronavirus en Californie.
  • Dans l’État de New York, gravement touché, une enquête indépendante a été demandée concernant l’ordre officiel d’admission des patients atteints de coronarovirus dans les maisons de retraite. Il y a eu plus de 5000 décès dans les maisons de retraite de New York. De tels ordres ont également été émis dans les États du New Jersey et de la Pennsylvanie, fortement touchés.
  • La plus grande association d’hôpitaux de New York a annoncé une enquête sur l’utilisation des ventilateurs invasifs. En avril, il a été confirmé que les hôpitaux étatsuniens reçoivent d’importantes primes lorsqu’ils admettent des patients atteints de Covid-19 et qu’ils les raccordent à des ventilateurs, bien que les experts aient averti bien avant les dangers de la ventilation invasive. Une infirmière de New York a même parlé de “meurtre de masse”.
  • Dans l’État de Washington, l’agence de santé a confirmé que même les victimes d’homicide étaient comptabilisées comme des “décès par coronavirus” si elles étaient testées positives pour le coronavirus. Le New York Times a également mentionné une victime de meurtre en première page de sa rubrique “victimes du coronavirus”. Même George Floyd , qui a été tué par un officier de police à la fin du mois de mai, a été testé positif pour le Coronavirus.
  • Fin mai, plus de 40 millions de personnes étaient au chômage aux États-Unis. Les estimations prévoient qu’environ 42 % des emplois perdus ne seront pas récupérés et que la pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale est imminente (voir le graphique ci-dessous). Néanmoins, les milliardaires des États-Unis ont vu le Coronavirus ajouter 434 milliards de dollars à leur richesse.
USA: Gesamtsterblichkeit 2017/18 und 2019/2020 (population adjusted). Source: NCHS/Twitter
États-Unis : pertes d’emplois lors des récessions depuis 1945 ( BLS / CRB )
Grande-Bretagne
Mortalité en 2020 par rapport aux fortes vagues de grippe de 1999 et 2000 (ajustée pour tenir compte de la croissance démographique et du déplacement des décès de 2020 vers l’hiver). Source : ONS / OffGuardian
Suisse

Aspects médicaux :

  • Après environ quatre semaines de surmortalité relative, depuis la mi-mai, la Suisse connaît déjà une mortalité inférieure à la moyenne. Le taux de mortalité cumulé depuis le début de l’année se situe dans la fourchette d’une saison grippale normale et bien en dessous de la forte saison grippale de 2015 (voir le graphique ci-dessous). Environ 50 % des décès ont eu lieu dans des maisons de santé et de retraite qui n’ont pas bénéficié d’un confinement. L’âge médian des décès est d’environ 84 ans, ce qui est légèrement supérieur à l’espérance de vie moyenne en Suisse.
  • Le canton de Zurich a enregistré un total de 130 décès avec un test positif. Plus de la moitié de ces décès (78) ont eu lieu dans des maisons de santé pour personnes âgées et maison de retraites. Là encore, un peu plus de la moitié de ces décès (40) ont eu lieu dans deux maisons de santé pour personnes âgées qui ont dû prendre des patients Covid19 dans les hôpitaux et n’ont parfois pas pu les isoler de manière adéquate.
  • L’ETH Zurich a reformulé à plusieurs reprises son étude selon laquelle le déclin de la propagation de Covid19 a commencé avant le confinement, afin de ne pas contredire ouvertement le Conseil fédéral. Mais le résultat reste le même : le confinement était médicalement inutile et socialement contre-productif. Les prévisions des autorités et des universités étaient basées sur des hypothèses souvent totalement irréalistes.
  • Les chercheurs de l’EPF Lausanne ont présenté une étude mettant en garde contre le risque d’une “deuxième vague” qui pourrait submerger la Suisse. L’auteur principal de l’étude, le professeur Jacques Fellay, est également membre de la Task Force Corona du Conseil fédéral et partisan d’un vaccin contre le Coronavirus. Une analyse indépendante de cette étude a toutefois montré qu’elle repose sur des hypothèses totalement irréalistes et qu’elle prévoit, par exemple, un risque constant d’infection et de décès pour toutes les tranches d’âge.
  • L’entrepreneur médical Stephan Rietiker de Inside-Corona arrive à une conclusion dévastatrice en ce qui concerne la gestion du Coronavirus par le Conseil fédéral. Le Conseil fédéral a largement ignoré les conclusions de sa propre commission de pandémie et a pris des décisions grotesquement erronées, avec de graves conséquences pour la population et l’économie. Une “stratégie d’endiguement” inadaptée a été mise en place, dans la croyance naïve que le temps jusqu’à ce qu’un vaccin puisse être atteint. La “recherche des contacts” prévue consommera des tonnes d’argent et finira par “échouer lamentablement”. Il est grand temps d’abolir les lois d’urgence et de tenir les décideurs responsables, selon Rietiker.

Médias :

  • L’Aargauer Zeitung a fait état du prétendu premier enfant qui est “mort du coronavirus”. Le nourrisson, arrivé de Macédoine par avion en urgence, est en fait mort d‘une méningite, qui n’est pas causée par des coronavirus.
  • En mai, la NZZ a de nouveau diffusé un faux rapport selon lequel le Coronavirus avait amené le canton méridional du Tessin “au bord du désastre”. En fait, il n’y a pas eu de problèmes graves en dehors des maisons de retraite du canton du Tessin.
  • Le rédacteur en chef de la SRF TV, Tristan Brenn, s‘est défendu contre les allégations selon lesquelles la SRF diffusait de la propagande sur le Coronavirus. Peu de temps après, un participant en fauteuil roulant à une manifestation de la Corona a souligné comment la SRF l’avait utilisé pour faire de la propagande.

Aspects politiques :

  • En Suisse, des manifestations hebdomadaires pour les droits fondamentaux ont lieu depuis avril à Berne, Zurich et dans d’autres villes. Cela a conduit à une violence policière considérable, voir “La répression du Coronavirus en Suisse“. Les participants à ces manifestations ont été pour la plupart diffamés par les médias qui les ont qualifiés de stupides ou d’extrémistes.
  • Le Conseil fédéral prévoit de convertir les ordonnances d’urgence existantes en loi fédérale d’urgence, alors qu’une pétition en ligne a été lancée contre cette mesure.
  • Le Conseil fédéral a adopté une base légale pour l'”application de traçage du coronavirus”, qui doit être approuvée par le Parlement lors de la session d’été. Apple et Google ont désormais équipé leurs systèmes d’exploitation mobiles d’une interface appropriée. L’utilisation de l’application doit rester “volontaire” (voir ci-dessus).
  • Le canton de Zurich et plusieurs autres cantons ont déjà mis en place des centres de recherche des contacts à l’échelle de la société, composés d’employés de la police et des services de santé qui doivent contacter les personnes potentiellement “infectées” et leur donner l’ordre de se mettre en quarantaine. L’expérience de mars et avril a montré que le centre devrait être étendu ou externalisé à l’avenir.
  • Une enquête de la Haute école spécialisée ZHAW a montré que 40 % des Suisses craignent un renforcement de la surveillance par la “Corona apps”. Néanmoins, une majorité d’entre eux prévoit d’utiliser l’application de recherche des contacts.
  • En février 2020, le milliardaire étatsunien et investisseur en vaccins Bill Gates a fait don de 900 000 dollars étatsuniens à l’Institut suisse des produits thérapeutiques Swissmedic pour des “projets en Afrique”.
  • La Suisse soutiendra l’alliance mondiale pour les vaccins GAVI de Bill Gates avec 30 millions de francs suisses pour le développement d’un vaccin contre le coronavirus.
  • Le médecin argovien spécialisé coronasceptique qui a été brutalement arrêté en avril par une unité spéciale de la police et temporairement admis au centre psychiatrique, a demandé une enquête administrative externe sur son cas, que le gouvernement a maintenant ouverte. On savait auparavant que, contrairement à ce qu’avait dit la police, le médecin n’avait pas menacé ses proches ni les autorités et qu’il n’était pas non plus en possession d’une arme chargée.

Bulletin de surveillance du SPR de juin 2020 sur l'épidémie de coronavirus et la coronapanique (Vidéos) Mortalité cumulée par rapport à la valeur attendue (2010-2020, FSO / Stotz)

Allemagne et Autriche
  • L’Allemagne et l’Autriche n’ont pas connu de surmortalité significative depuis le mois de mars. En fait, l’Allemagne a même enregistré un niveau de mortalité légèrement inférieur à la moyenne depuis le début de l’année, si l’on tient compte de la croissance démographique.
  • Des divulgations de protocoles en Autriche, comme au Danemark et en Angleterre, ont montré que le confinement était motivé par des raisons politiques et la majorité des experts de la santé se sont prononcés contre, recommandant au chancelier Kurz en mars de s’éloigner du message d’un “virus très dangereux” car le virus était déjà répandu et pas particulièrement dangereux pour la majorité de la population.
  • En Allemagne, près d’un million d’opérations chirurgicales ont été annulées à la fin du mois de mai en raison du blocage du coronavirus. Les oncologues allemands mettent en garde contre les retards dans le diagnostic et le traitement du cancer dus à ce blocage. Le cancer est un “danger bien plus grand que COVID-19”, ont souligné les associations médicales.
  • Des pédiatres allemands font état de violences massives contre les enfants en raison du confinement. Ils constatent des blessures comme celles qui surviennent après un accident de voiture, notamment des fractures ou des traumatismes. Le nombre d’appels à la ligne d’assistance téléphonique de la protection de l’enfance est en forte augmentation.
  • Le professeur Michael Tsokos, médecin légiste à Berlin, a fait état de “suicides liés au coronavirus” de personnes qui craignent ou pensent être infectées. Le professeur Tsokos a critiqué l’alarmisme et la diffusion de “scénarios d’horreur” par les médias et certains virologistes. Il craint que la “pandémie infectieuse” ne soit désormais suivie d’une “pandémie psychosociale”. En fait, les suicides et les tentatives de suicide à Berlin ont déjà “augmenté de façon spectaculaire” au cours du premier trimestre.
  • Les experts économiques allemands prévoient environ 10 000 faillites supplémentaires d’ici 2021 en raison des mesures politiques du coronavirus.
  • Depuis avril, certaines des plus grandes manifestations pour les droits fondamentaux en Europe ont eu lieu dans des villes allemandes avec jusqu’à 25 000 participants. Cependant, il y a parfois eu de graves violences policières, par exemple lors de l’arrestation du célèbre chef cuisinier végétalien Attila Hildmann ou de l’ancienne militante des droits civiques de la RDA Angelika Barbe, âgée de 68 ans. Il y a eu également des incendies criminels et, dans certains cas, des attaques mettant la vie des manifestants et des médias indépendants en danger, perpétrés par des groupes majoritairement black bloc ou antifa qui n’ont apparemment pas peur des représailles de l’État.
  • Werner Winterstein, le petit-fils d’un ministre de la justice juif autrichien assassiné par les nazis, a participé à une manifestation pour les droits fondamentaux à Vienne et a déclaré qu’il était “ébranlé par la prise de pouvoir silencieuse par des éléments qui parlent de ‘nouvelle normalité’ en marge du modèle démocratique”. “La division des citoyens en différentes catégories, liée au coronavirus, et la création d’une nouvelle “culture de la dénonciation” sont des développements dangereux. Il a observé un manque de courage civil et de soumission aux autorités. Les applications Coronavirus prévues sont un mouvement “vers un état de surveillance totale” et devraient être rejetées.
Amérique du Sud et Afrique

Après que la propagation du coronavirus en Europe et aux États-Unis se soit calmée, de nombreux médias se sont intéressés à la situation en Amérique du Sud, notamment au Brésil. Cependant, le fait est qu’avec 36 000 décès à ce jour et la courbe déjà aplatie, les 210 millions d’habitants du Brésil sont mieux lotis que la plupart des pays européens, y compris la Suisse.

Dans d’autres pays d’Amérique latine comme l’Équateur, en plus du coronavirus, la dengue se propage avec des symptômes similaires, ce qui a entraîné une double charge pour le système de santé. Néanmoins, au Pérou, on a constaté que 80 % des cas de coronavirus confirmés restent asymptomatiques.

Certains médias ont rapporté que des crématoriums fonctionnaient prétendument “24 heures sur 24” à Mexico. Un Youtuber vivant au Mexique a alors visité la ville et les hôpitaux, les pompes funèbres et les crématoriums qui s’y trouvent, tous très peu actifs.

En général, le taux de mortalité par coronavirus est beaucoup plus faible dans les pays d’Amérique du Sud et d’Afrique qu’en Europe et aux États-Unis, ce qui peut être dû à la jeunesse de la population ou à des facteurs climatiques. D’autre part, la Banque mondiale prévoit jusqu’à 60 millions de victimes de la pauvreté en raison des mesures politiques mondiales contre le coronavirus.

6 mai 2020

Interviews d’experts
  • Le professeur de Stanford John Ioannidis explique dans une interview à CNN que Covid19 est une “maladie répandue et bénigne” comparable à la grippe (influenza) pour la population générale, alors que les patients des maisons de retraite et des hôpitaux devraient bénéficier d’une protection supplémentaire
  • Le professeur Scott Atlas, de Stanford, explique dans une interview à CNN que “l’idée de devoir stopper le Covid19 a créé une situation catastrophique en matière de soins de santé”. Le professeur Atlas affirme que la maladie est “généralement bénigne” et que des craintes irrationnelles ont été créées. Il ajoute qu’il n’y a “absolument aucune raison” de procéder à des tests approfondis dans la population générale, ce qui n’est nécessaire que dans les hôpitaux et les maisons de retraite. Le professeur Atlas a écrit un article fin avril intitulé “The data are in – Stop the panic and end total isolation“ (“Les données sont là – Arrêtez la panique et mettez fin au confinement total”) qui a suscité plus de 15 000 commentaires.
  • Le Dr Knut Wittkowski, épidémiologiste, explique dans une nouvelle interview que le danger du Covid19 est comparable à celui d’une grippe et que le pic a déjà été dépassé dans la plupart des pays avant le confinement. Le confinement de sociétés entières a été une “décision catastrophique” sans avantages mais causant d’énormes dégâts. La mesure la plus importante est la protection des maisons de retraite. Les déclarations de Bill Gates sur le Covid19 sont “absurdes” et “n’ont rien à voir avec la réalité”, une vaccination contre le Covid19 n’est pas nécessaire. Le modèle Covid19 influent de l’épidémiologiste britannique Neil Ferguson a été un “échec complet”.
  • Le virologiste allemand Hendrik Streeck explique les résultats finaux de son étude pionnière sur les anticorps. Streeck a trouvé une létalité du Covid19 de 0,36%, mais explique dans l’interview qu’il s’agit d’une limite supérieure et que la létalité est probablement de l’ordre de 0,24 à 0,26%, voire moins. L’âge moyen des personnes décédées après un test positif était d’environ 81 ans.
  • Le professeur de biologie et prix Nobel Michael Levitt, qui analyse la propagation du Covid19 depuis février, décrit le confinement général comme une “énorme erreur” et appelle à des mesures plus ciblées, notamment pour protéger les groupes à risque.
  • Le professeur émérite de microbiologie Sucharit Bhakdi explique dans une nouvelle interview que la politique et les médias mènent une “campagne de peur intolérable” et une “campagne de désinformation irresponsable” envers la population. Les masques pour la population en général sont des “attrapeurs de germes” inutiles et dangereux. La crise actuelle a été provoquée par les politiciens eux-mêmes et n’a pas grand chose à voir avec le virus. Un vaccin contre le coronavirus est “inutile et dangereux”, comme ce fut le cas pour la grippe porcine, et la vaccination obligatoire est une erreur. L’OMS “n’a pas assumé la responsabilité de ses nombreuses mauvaises décisions” au fil des ans, affirme le professeur Bhakdi. (Note : la vidéo a été temporairement supprimée par YouTube).
  • Le docteur Pietro Vernazza, médecin en chef suisse en infectiologie, explique dans une nouvelle interview que la maladie du Covid19 est “bénigne pour la grande majorité des gens”. Le “comptage des personnes infectées et la demande de tests supplémentaires” n’aiderait pas beaucoup. En outre, la plupart des personnes figurant dans les statistiques pour le coronavirus ne mourraient pas uniquement de la maladie Covid-19. Le taux de létalité du Covid-19 est “de l’ordre de grandeur d’une grippe saisonnière”. Il n’existe aucune preuve du bénéfice des masques faciaux chez les personnes qui ne présentent pas elles-mêmes de symptômes (version archivée).
Études médicales
  •  Un nouvel aperçu des études existantes à partir de la PCR et des anticorps montre que la valeur médiane de la létalité du Covid19 (IFR) est de 0,20 % et se situe donc dans la fourchette d’une grippe forte.
  •  Une nouvelle étude sur les anticorps chez les donneurs de sang danois a montré une très faible létalité de Covid19 (IFR) de 0,08 % pour les personnes de moins de 70 ans.
  •  Une nouvelle étude d’anticorps réalisée en Iran, l’un des pays les plus anciens et les plus touchés par le Covid19, a également montré une très faible létalité de 0,08 % à 0,12 %.
  • Une nouvelle étude sur les anticorps réalisée au Japon conclut que 400 à 800 fois plus de personnes ont été en contact avec le nouveau coronavirus que ce que l’on pensait auparavant, mais n’ont présenté aucun ou presque aucun symptôme. Le Japon n’a effectué que peu de tests jusqu’à présent.
  • Une nouvelle étude menée en Allemagne, avec la participation du virologue Christian Drosten, montre qu’environ un tiers de la population possède déjà une certaine immunité cellulaire au  Covid19, probablement par contact avec des coronavirus antérieurs (virus du rhume). Cette immunité cellulaire par les cellules dites T est nettement plus élevée que ce que suggèrent les tests PCR et les tests d’anticorps et peut expliquer en partie pourquoi de nombreuses personnes ne développent aucun symptôme avec le nouveau coronavirus.
  • Dans une prison de l’État U.S du Tennessee, seules deux personnes testées positives sur 1349 présentaient des symptômes.
  • Sur le porte-avions français Charles de Gaulle, aucun des 1046 marins testés positifs n’est mort à ce jour. Sur le porte-avions étatsunien Theodore Roosevelt, un des 969 marins testés positifs est décédé jusqu’à présent (les conditions préalables et la cause exacte de la mort ne sont pas connues).
  • De nombreux médias ont fait état de prétendues “réinfections” de personnes qui avaient déjà récupérées en Corée du Sud. Cependant, les chercheurs sont maintenant arrivés à la conclusion que les 290 cas suspects étaient tous des résultats de tests faussement positifs causés par des “fragments de virus non infectieux”. Ce résultat souligne une fois de plus le manque de fiabilité bien connu des tests PCR de détection du virus.
Autres mises à jour médicales
  •  De nombreux médias ont rapporté qu’en rapport avec le Covid19, de plus en plus d’enfants tomberaient malades de la maladie dite de Kawasaki (une inflammation vasculaire). Toutefois, la Fondation britannique pour la maladie de Kawasaki a publié un communiqué de presse indiquant que le nombre de cas de Kawasaki signalés actuellement est inférieur à la normale, et non supérieur, et que sur les quelques cas signalés, seule la moitié environ avait été testée positive au coronavirus.
  •  Dans une lettre ouverte au ministère français de la santé, un médecin français parle de Covid19 comme de “la plus grande escroquerie sanitaire du 21e siècle”. Le danger du virus pour la population générale se situe dans la gamme de la grippe et les conséquences du confinement sont plus dangereuses que le virus lui-même, affirme le médecin français.
  • En France, une enquête ultérieure a révélé que le premier patient positif au Covid19 avait déjà été traité fin décembre 2019, soit un mois plus tôt que prévu. L’homme était traité pour ce qui semblait être une pneumonie liée à la grippe. Ce cas montre que le nouveau coronavirus est soit arrivé en Europe plus tôt que prévu, soit qu’il n’est pas aussi nouveau qu’on le supposait, soit que le résultat du test était un faux positif. En outre, il n’est pas certain que l’homme, qui s’est remis depuis longtemps, souffrait réellement de la grippe ou du coronavirus, ou des deux.
  • Le directeur exécutif de l’OMS a récemment salué la Suède comme un modèle de réussite pour sa gestion du Covid19. La Suède a mis en œuvre sa politique de santé avec succès et “en partenariat avec la population”, a-t-il déclaré. Auparavant, la Suède avait été fortement critiquée pendant des semaines par les médias et les politiciens étrangers pour son approche détendue du Covid19.
  • Le Belarus, qui a pris le moins de mesures contre le Covid19 de tous les pays européens et qui n’a même pas annulé des événements majeurs comme des matchs de football, ne compte que 103 décès positifs ou suspectés de Covid19 après plus de deux mois. Le président biélorusse de longue date, Loukachenko, a qualifié le Coronavirus  de “psychose“. Les critiques affirment qu’il ne révèle pas le nombre réel de décès.
  • Un chercheur canadien a effectué une analyse documentaire approfondie qui a révélé que les masques faciaux n’offrent pas de protection mesurable contre le rhume et la grippe.
  • Un psychiatre en chef suisse s’attend à une forte augmentation des problèmes psychologiques et à plus de 10 000 suicides supplémentaires dans le monde en raison du confinement mondial et du chômage.
  • Le nombre dit de reproduction, qui indique la prolifération du Covid, devient de plus en plus une question politique. Cependant, cela ne change pas les faits : le pic de la propagation était déjà atteint dans la plupart des pays avant le confinement et le taux de reproduction est tombé à la valeur stable de un ou en dessous de celle-ci grâce à des mesures simples de la vie quotidienne et d’hygiène. Le confinement était donc inutile du point de vue épidémiologique.
  • Le tableau clinique et les groupes à risque des coronavirus Covid19 sont probablement liés à l’utilisation du récepteur cellulaire ACE2, que l’on trouve dans les bronches et les poumons, mais aussi dans les vaisseaux sanguins, les intestins et les reins. Cependant, d’autres coronavirus, en particulier le virus du rhume NL63, utilisent également le récepteur cellulaire ACE2. Certains chercheurs s’attendent donc à ce que le coronavirus Covid19 devienne lui aussi un virus du rhume typique à moyen terme.
  • L’origine exacte du nouveau coronavirus n’est pas encore claire. L’explication la plus simple reste la transmission ou la mutation naturelle, qui se produit assez souvent. Il est vrai, cependant, que le laboratoire virologique de Wuhan, dans le cadre d’un programme de recherche cofinancé par les États-Unis, a étudié les coronavirus des chauves-souris et a également examiné leur transmissibilité à d’autres mammifères, ce que certains chercheurs critiquent depuis des années comme étant trop risqué. Le célèbre directeur du laboratoire a toutefois expliqué que le nouveau virus ne correspondait pas aux coronavirus étudiés en laboratoire. Les rumeurs antérieures sur les “armes biologiques” ou les “séquences VIH” doivent être considérées comme une désinformation compte tenu de la relative innocuité du coronavirus.
Maisons de retraite et de soins pour personnes âgées

Les maisons de retraite jouent un rôle absolument essentiel dans la situation actuelle du corinavirus. Dans la plupart des pays occidentaux, 30 à 70 % de tous les décès “liés au Covid” se sont produits dans des maisons de retraites ou hospices, ou Ehpad (dans certaines régions, même jusqu’à 90 %). On sait également que la crise dans le nord de l’Italie a commencé par un effondrement des soins infirmiers pour les personnes âgées, provoqué par la panique.

Les maisons de soins pour personnes âgées et de retraites nécessitent une protection ciblée et ne bénéficient pas d’un confinement général de la société. Si l’on ne considère que les décès dans la population générale, dans la plupart des pays, ils se situent dans la fourchette d’une vague de grippe normale ou même légère.

En outre, dans de nombreux cas, on ne sait pas très bien de quoi sont réellement morts les pensionnaires des maisons de retraite, c’est-à-dire s’il s’agissait de Covid19 ou de stress, de peur et de solitude. En Belgique, par exemple, on sait qu’environ 94 % de tous les décès dans les maisons de retraites sont des “cas présumés” non testés.

Une nouvelle analyse des statistiques françaises montre en outre ce qui suit : dès qu’il y a un “cas suspect” dans une maison de retraite (par exemple à cause de la toux), tous les décès sont considérés comme des “décès suspects du Covid19”, et dès qu’il y a un “cas confirmé” dans une maison de retraite (même s’il ne présente aucun symptôme), tous les décès sont considérés comme des “décès confirmés au Covid19”.

Un rapport allemand décrit de manière très vivante les conditions extrêmes dans lesquelles des centaines de milliers de patients en maisons de soins et de retraite ont dû vivre ces dernières semaines, souvent contre leur gré. Nombre de ces patients ont à peine pu quitter leur chambre, n’ont plus été autorisés à sortir à l’air libre ou à recevoir la visite de leurs proches.

Dans plusieurs maisons de retraite, le test PCR, sujet à des erreurs, a en outre provoqué de graves fausses alertes et la panique. Dans une maison de retraite canadienne, les employés ont fui par crainte du coronavirus, ce qui a entraîné la mort tragique de 31 patients par manque de soins.

L’ancien journaliste du New York Times et critique du coronavirus, Alex Berenson, écrit sur Twitter : “Soyons clairs : le fait que les décès dans les maisons de retraite ne soient pas au centre de la couverture médiatique quotidienne du COVID vous dit tout ce que vous devez savoir sur la priorité des médias – qui est d’instiller la panique (et de punir Trump), et non de mener une bonne politique de santé”.

Analyse complète :  Mortality associated with COVID-19 outbreaks in care homes: early international evidence (“Mortalité associée aux épidémies de COVID-19 dans les maisons de soins : premières preuves internationales”) (LTC Covid, mai 2020)

Décès dans les maisons de repos et de soins pour personnes âgées, chiffres absolus et en pourcentage (LTC Covid)

Décès dans les maisons de repos et de soins pour personnes âgées, chiffres absolus et en pourcentage (LTC Covid)

Grande-Bretagne
  •  La mortalité cumulée toutes causes confondues au Royaume-Uni reste de l’ordre des cinq plus fortes vagues de grippe des 25 dernières années. Le pic des décès quotidiens à l’hôpital a déjà été atteint le 8 avril (voir le graphique ci-dessous).
  • De nouvelles données statistiques montrent qu’à la mi-avril, sur environ 12 000 décès supplémentaires, environ 9 000 étaient “liés à la Covidose” (y compris les “cas suspects”), mais environ 3 000 étaient “non liés à la Covidose”. En outre, sur le total d’environ 7 300 décès dans les maisons de retraite, seuls 2 000 environ étaient “liés à la maladie du Covid”. Tant pour les “décès liés au Covid19” que pour les décès non liés au Covid19, il est souvent difficile de savoir de quoi ces personnes sont réellement mortes. L’Association des pathologistes britanniques a donc demandé une “étude systématique des véritables causes de décès”.
  • Les hôpitaux temporaires “Nightingale” au Royaume-Uni sont restés jusqu’à présent largement vides. Une situation similaire a déjà été observée en Chine, aux États-Unis et dans de nombreux autres pays.
  • Fin avril, on a appris que le confinement n’était apparemment pas, comme cela a été officiellement déclaré, recommandé par une seule commission scientifique, mais qu’un haut conseiller du gouvernement avait “poussé” les scientifiques à soutenir le confinement.
Bulletin de surveillance du SWPRS au 6.05.20 sur l'épidémie de coronavirus et la coronapanique (Vidéos)

L’Angleterre : Décès avec tests positifs dans les hôpitaux (NHS)

États-Unis
  •  Le dernier rapport du CDC étatsunien montre que le taux d’hospitalisation lié au Covid19 chez les plus de 65 ans se situe dans la fourchette des fortes vagues de grippe. Il est légèrement plus élevé chez les 18 à 64 ans et nettement plus faible chez les moins de 18 ans.
  • Vidéo : Une infirmière de New York City a déclaré dans une vidéo dramatique que New York “tue” les patients atteints de Covid19 en les mettant sous respirateur invasif et en détruisant leurs poumons. L’utilisation de ventilateurs invasifs (au lieu de masques à oxygène) se fait “par peur de propager le virus”. C’est “un film d’horreur”, “non pas à cause de la maladie, mais à cause de la façon dont elle est traitée”, a expliqué l’infirmière. Depuis mars, les experts mettent en garde contre l’intubation des patients atteints de Covid19.
  • Le Dr Daniel Murphy, chef du service des urgences d’un hôpital très touché de New York, recommande de mettre rapidement fin à ce confinement. Selon le Dr Murphy, la vague de Covid19 avait déjà atteint son point culminant le 7 avril. Le Covid19 est un problème grave, mais la crainte qu’elle suscite est exagérée, car la grande majorité de la population est tout au plus légèrement malade. Sa plus grande inquiétude est maintenant la forte diminution des soins aux patients et aux enfants en cas d’urgence, due au blocage et à la peur généralisée de la population.
  • Vidéo : La plateforme conservatrice de dénonciation Project Veritas s’est entretenue avec les directeurs de pompes funèbres de New York qui ont déclaré qu’actuellement Covid est écrit “sur tous les certificats de décès” (des cas suspects), qu’il y ait eu un test ou non. De nombreuses personnes meurent actuellement chez elles, et souvent la cause exacte du décès n’est plus vérifiée. Les statistiques Covid19 sont gonflées pour des raisons politiques ou financières, ont déclaré les directeurs.
  • Le directeur du département de la santé de l’Illinois a confirmé que même les personnes en phase terminale qui meurent clairement d’une autre cause mais qui sont testées positives pour le virus Covid19 avant ou après leur décès sont enregistrées comme des décès Covid19
  • En raison du confinement, 30 millions de personnes aux États-Unis ont déjà demandé des allocations de chômage à la fin du mois d’avril – c’est beaucoup plus que ce que le Bureau international du travail (BIT) avait initialement prévu pour le monde entier.
  • Le patron de Tesla, Elon Musk, a qualifié les couvre-feux californiens de “fascistes“. L'”emprisonnement forcé” des gens dans leur maison viole tous leurs droits constitutionnels, a expliqué Musk lors d’une conférence téléphonique.
  • Vidéo : Une mère a eu affaire avec la police à son domicile parce que ses enfants jouaient illégalement avec les enfants des voisins.
  • Vidéo : Fin avril, certains photographes ont été pris dans une mise en scène partielle d’une manifestation des travailleurs sociaux contre les manifestants anti-confinement. (En savoir plus).
Suisse
  • Une infirmière suisse a écrit un article très partagé sur la situation actuelle. Elle explique que les hôpitaux suisses sont restés largement vides et ont dû, dans certains cas, licencier du personnel. Elle ajoute qu’il est très inhabituel de transférer des personnes de plus de 80 ans aux unités de soins intensifs à cause d’une grippe ou d’une pneumonie, où elles doivent alors mourir seules au lieu d’être avec leur famille. Si cela était fait, les unités de soins intensifs seraient surchargées presque chaque hiver. L’infirmière critique le fait que la plupart des médias n’ont pas suffisamment abordé les récentes découvertes scientifiques sur le risque global plutôt faible de Covid19.
Décès cumulés par rapport aux décès attendus, 2010 à 2020 (KW17, BFS/Stotz)

Décès cumulés par rapport aux décès attendus, 2010 à 2020 (KW17, BFS/Stotz)

Allemagne et Autriche
  •  Selon un protocole de la Task Force Corona autrichienne qui a fait l’objet d’une fuite, le Chancelier Kurz aurait exigé en mars que la population ait “plus peur” de l’infection ou de la mort de ses parents ou grands-parents. Un document stratégique du ministère fédéral allemand de l’intérieur avait déjà été connu auparavant, qui appelait également à une campagne de peur pychologique qui a effectivement été mise en œuvre par les politiciens et les médias. Rétrospectivement, la question se pose de savoir combien de personnes sont mortes à cause de cette peur largement infondée.
  • Une lettre ouverte comportant déjà environ 5000 signatures de personnes de plus de 64 ans réclame : “Coronavirus : Ne nous protégez pas, nous les personnes âgées, à ce prix ! Décidons nous-mêmes !” Pour la protection des groupes à risque, il ne faut pas outrepasser les droits fondamentaux de la société entière, affirment les auteurs.
  • En Autriche (et peut-être aussi dans d’autres pays), il est toujours interdit de s’embrasser entre personnes amoureuses, mais pas de vivre ensemble. Cela s’applique aussi bien en public que dans son propre appartement, a expliqué le ministre autrichien de la santé.
  • Un avocat allemand poursuit actuellement devant plusieurs tribunaux les mesures anticoronavirus du gouvernement, car elles sont “manifestement anticonstitutionnelles“.
  • Vidéos : En Allemagne, il y a eu récemment plusieurs cas de dépassement sérieux de la part de la police. Une jeune femme a été brutalement arrêtée par plusieurs policiers alors qu’elle faisait des courses, car elle s’était apparemment “approchée de 20 cm de trop” d’une policière. Une autre femme a reçu l’ordre de la police, lors d’un rassemblement, de ne pas tenir la constitution allemande devant sa poitrine, car il s’agissait d’un “message politique illégal”. L’organisateur d’un rassemblement pacifique à Berlin a également été arrêté de manière assez brutale. Même des femmes âgées ont été arrêtées de manière disproportionnée. (Attention : images choquantes de violence policière).
Autres mises à jour
  •  Le PDG de Youtube a annoncé dans une interview fin avril que les contributions vidéo sur les coronavirus qui contredisent les directives de l’OMS ou des autorités sanitaires nationales seront supprimées. Par exemple, la vidéo des deux médecins urgentistes californiens coronasceptique, qui a été visionnée plus de cinq millions de fois, a été supprimée. De même, l’interview du professeur Sucharit Bhakdi, dont le lien figure ci-dessus, a été au moins temporairement supprimée par Youtube.
  •  Dans le magazine  étatsunien The Atlantic, deux professeurs de droit ont écrit un article intitulé :”Internet Speech Will Never Go Back to Normal. In the debate over freedom versus control of the global network, China was largely correct, and the U.S. was wrong.”
    (“Le discours sur Internet ne reviendra jamais à la normale. Dans le débat entre la liberté et le contrôle du réseau mondial, la Chine avait largement raison, et les États-Unis avaient tort”.)
  •  Peter Hitchens : ” We’re destroying the nation’s wealth – and the health of millions” (“Nous détruisons la richesse de la nation – et la santé de millions de personnes“). “Si vous ne défendez pas votre liberté la plus fondamentale, celle d’aller légalement où vous voulez quand vous voulez, alors vous la perdrez pour toujours. Et ce n’est pas tout ce que vous perdrez. Regardez la censure de l’internet, qui se répand comme une grande tache sombre, la mort du Parlement, la conversion de la police en milice d’État”.
  • Mathias Döpfner, PDG d’Axel Springer et l’un des directeurs de médias les plus influents d’Allemagne, appelle à un “découplage de la Chine” et à un renforcement de l’alliance transatlantique avec les États-Unis au lendemain de la crise du Coronavirus.
  • Washington Post : The last time the government sought a ‚warp speed‘ vaccine, it was a fiasco“ (“La dernière fois que le gouvernement a cherché un vaccin “à toute vitesse”, ce fut un fiasco“). La vaccination express contre la grippe porcine de 1976 a entraîné paralysies et décès.
  • Rétrospective : Woodstock s’est produit en pleine pandémie. Sur la gestion plutôt détendue de la pandémie mondiale de grippe de 1968 (en savoir plus).
Covid-19 et les médias

Beaucoup de gens sont choqués par les reportages douteux et souvent alarmistes de Covid19 sur de nombreux médias. De toute évidence, il ne s’agit pas de “reportage ordinaire”, mais d’une propagande classique et massive, telle qu’elle est généralement employée en relation avec les guerres d’agression ou le prétendu  terrorisme.

Le SPR a dépeint les réseaux de médias responsables de la diffusion de cette propagande dans des infographies antérieures pour les États-Unis, l’Allemagne et la Suisse. Même le lexique Internet prétendument “ouvert” Wikipedia fait partie intégrante de cette structure médiatique géopolitique.

La position politique et le rapport au pouvoir des différents médias ont été analysés et comparés dans le cadre du SPR Media Navigator. Le Media Navigator peut également être utile pour évaluer les reportages actuels de Covid19 par les différents médias.

Covid-19 et surveillance de masse

L’évolution de loin la plus importante et, du point de vue de la société civile, la plus dangereuse en réponse au coronavirus est la tentative politique apparente d’étendre massivement la surveillance et le contrôle de la société. Dans ce contexte, le lanceur d’alerte de la NSA, Edward Snowden, a mis en garde contre l’émergence d’une “architecture de l’oppression“.

Le coronavirus de type grippal peut servir de justification ou de prétexte à l’introduction de mesures stratégiques visant à étendre la surveillance et le contrôle d’une société de plus en plus malmenée. Parmi les instruments les plus importants actuellement en discussion par plusieurs gouvernements, on peut citer

  1. L’introduction d’applications permettant de “tracer” les contacts dans la société
  2. La mise en place d’unités chargées de la recherche et de l’isolement des citoyens
  3. L’introduction de cartes d’identité biométriques numériques pour contrôler et réglementer la participation à des activités sociales et professionnelles.
  4. L’extension du contrôle des voyages et des transactions de paiement (y compris la suppression des espèces).
  5. La création d’une base juridique pour l’accès et l’intervention des gouvernements ou des entreprises dans les systèmes biologiques des citoyens (par le biais de ce que l’on appelle les “vaccinations obligatoires”).

Aux États-Unis, l’ancien président Bill Clinton a discuté en avril avec les gouverneurs de différents États de la mise en place d’un réseau national de “traceurs de contact”. Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a alors annoncé qu’avec le milliardaire et ancien maire de la ville de New York, Michael Bloomberg, il créerait une “armée de recherche des contacts” comprenant jusqu’à 17 000 traceurs de contacts pour New York.

Pendant ce temps, au Royaume-Uni et dans de nombreux autres pays, les gouvernements demandent l’introduction de “passeports d’immunité” biométriques et les présentent comme la prétendue “seule issue” au confinement essentiellement motivé par des raisons politiques. L’Institut britannique Tony Blair a appelé à “l’expansion de la surveillance technologique” pour “combattre le coronavirus”.

Aux États-Unis, la société d’analyse de données de la Silicon Valley, Palantir, doit jouer un rôle clé dans la mise en place de la plate-forme de données pour la surveillance de la propagation (déjà en déclin) du coronavirus. Palantir est connue pour ses projets informatiques avec les agences de renseignement et l’armée et a été fondée par le milliardaire étatsunien et partisan du Trump, Peter Thiel.

En Israël, la surveillance des contacts avec la population civile est assurée par le service de renseignement intérieur Shin Bet, qui utilise des programmes du célèbre groupe NSO, connu pour ses logiciels d’espionnage utilisés pour surveiller les militants des droits civils et humains dans le monde entier.

Des pays comme la Russie et la Chine veulent également étendre massivement la surveillance de la population à la suite de la prétendue “crise du coronavirus”, mais le feront très probablement indépendamment des États-Unis.

L’idée qu’une pandémie puisse être utilisée pour étendre le contrôle de la population n’est pas nouvelle : dès 2010, la Fondation étatsunienne Rockefeller a décrit un “scénario de confinement” dans un document sur les futurs développements technologiques et sociaux, dans lequel les événements actuels étaient anticipés avec une précision impressionnante (pages 18 et suivantes). À l’époque, le scénario était conçu comme une sorte de “pire des cas” autoritaire.

Entre-temps, plus de 500 scientifiques ont mis en garde, dans une lettre ouverte, contre une “surveillance sans précédent de la société” par le biais d’applications de suivi des contacts.

Le “Center for Health Security” de l’université Johns Hopkins, qui est au cœur de la gestion de la pandémie Covid19 et qui a largement contribué à l’escalade mondiale par ses graphiques trompeurs, est également très étroitement lié à l’appareil de sécurité étatsunien et a participé à certaines de ses simulations et opérations antérieures.

En général, la coopération avec des acteurs privés pour atteindre des objectifs géostratégiques n’est pas un phénomène nouveau ou inhabituel dans la politique étrangère et de sécurité des États-Unis.

Par exemple, le fondateur de Microsoft, Bill Gates, le plus important sponsor privé de l’OMS, de l’industrie des vaccins et des projets d’identification biométrique, a financé dès 2003 un programme de santé mondiale du Conseil étatsunien des relations étrangères, qui s’intéresse à la question de savoir comment la politique de santé influence la géopolitique et, inversement, comment la politique de santé peut être utilisée pour atteindre des objectifs géostratégiques.

25 avril 2020

  • Vidéo : Un médecin californien, le Dr. Dan Erickson, a décrit ses observations concernant le Covid19 lors d’une conférence de presse. Les hôpitaux et les unités de soins intensifs en Californie et dans d’autres États sont restés largement vides jusqu’à présent. Le Dr Erickson rapporte que des médecins de plusieurs États U.S ont été “poussés” à délivrer des certificats de décès mentionnant le Covid19, même s’ils n’étaient pas eux-mêmes d’accord. Le Dr Erickson affirme que le confinement et la peur affaiblissent le système immunitaire et la santé des personnes. Il y a déjà eu une augmentation marquée des “effets secondaires” tels que l’alcoolisme, la dépression, le suicide et la maltraitance des enfants et des conjoint(e)s. Le Dr Erickson recommande que seuls les malades et non les personnes en bonne santé ou la société entière soient mis en quarantaine. Selon le Dr Erickson, un masque facial n’a de sens que dans des situations aiguës comme à l’hôpital, mais pas dans la vie de tous les jours.
  • Le professeur Detlef Krüger, prédécesseur du célèbre virologiste allemand Christian Drosten à la clinique de la Charité à Berlin, explique dans une récente interview que le Covid19 est “à bien des égards comparable à la grippe” et “pas plus dangereux que certaines variantes du virus de la grippe“. Le professeur Krüger considère que “les masques faciaux découverts par les politiciens” relèvent de l'”actionnisme” et sont des “porteurs de germes” potentiels. En même temps, il met en garde contre les “dommages collatéraux massifs” causés par les mesures prises.
  • Des médecins légistes suisses sont parvenus à la conclusion que de nombreux défunts testés positifs ne souffraient pas de pneumonie, mais d’un dysfonctionnement des vaisseaux sanguins et donc de l’échange d’oxygène dans les poumons. Cela pourrait expliquer pourquoi la ventilation des patients atteints de covidose19 critique n’est souvent pas efficace et pourquoi les patients souffrant de problèmes cardiovasculaires existants appartiennent au groupe à risque. En fait, tous les patients autopsiés souffraient d’hypertension artérielle, une grande partie était en surpoids sévère (obèse) et deux tiers avaient des artères coronaires pré endommagées.
  • Les derniers données en provenance d’Italie montrent (pp. 12/13) que 60 des 17 000 médecins et infirmières ayant été testés positifs sont morts. Il en résulte un taux de létalité du inférieur à 0,1 % pour les moins de 50 ans, 0,27 % pour les 50 à 60 ans, 1,4 % pour les 60 à 70 ans et 12,6 % pour les 70 à 80 ans. Même ces chiffres sont probablement trop élevés, car il s’agit de décès dus à des coronavirus et non nécessairement à des virus, et que jusqu’à 80 % des personnes restent asymptomatiques et que certaines n’ont peut-être pas été testées. Dans l’ensemble, cependant, les valeurs sont conformes à celles de la Corée du Sud, par exemple, et donnent un taux de létalité pour la population générale dans la fourchette de la grippe.
  • Le chef de la protection civile italienne a déclaré à la mi-avril que plus de 1800 personnes étaient mortes dans des maisons de retraite en Lombardie, et que dans de nombreux cas, la cause du décès n’était pas encore claire. On savait déjà à l’avance que les soins aux personnes âgées et les maisons de repos et, par conséquent, l’ensemble du système de santé dans certaines parties de la Lombardie s’étaient effondrés, en partie à cause de la peur du virus et du confinement.
  • Les dernières données en provenance de Belgique montrent que là aussi, un peu plus de 50 % de tous les décès supplémentaires surviennent dans les maisons de repos, qui ne bénéficient pas d’un confinement général. Dans 6 % de ces décès, le Covid19 a été “confirmé”, dans 94 % des décès, il a été “suspecté”. Environ 70 % des personnes testées positives (employés et résidents) ne présentaient aucun symptôme.
  • Le professeur Siegwart Bigl, expert allemand en matière de vaccination, considère que la protection contre la coronavirus est “excessive”. Selon le professeur Bigl, il n’y a “pas de pandémie” (avec un nombre particulièrement élevé de décès), le confinement était inutile et erroné, et la comparaison avec la grippe est “absolument légitime”.
  • Le journal britannique The Guardian cite de nouvelles études selon lesquelles la pollution de l’air pourrait être un “facteur clé” dans les décès dus au Covid19. Par exemple, 80 % des décès dans quatre pays se sont produits dans les régions les plus polluées (dont la Lombardie et Madrid).
  • Le journal allemand DIE ZEIT se concentre sur les taux de vacance élevés dans les hôpitaux allemands, qui atteignent jusqu’à 70 % dans certains services. Même les examens du cancer et les transplantations d’organes qui n’étaient pas absolument nécessaires à la survie ont été annulés pour faire de la place aux patients atteints de Covid19, mais ceux-ci ont été largement absents jusqu’à présent.
  • En Allemagne, une obligation de porter un masque a été introduite dans les transports publics et dans les points de vente au détail. Le président de l’Association médicale mondiale, Frank Montgomery, a critiqué cette mesure comme “mauvaise” et l’utilisation prévue d’écharpes et de rideaux comme “ridicule”. En fait, des études montrent que l’utilisation de masques dans la vie quotidienne n’apporte pas de bénéfices mesurables aux personnes en bonne santé et asymptomatiques, c’est pourquoi l’infectiologue suisse, le Dr Vernazza, a parlé d’un “battage médiatique”. D’autres critiques parlent d’un symbole d'”obéissance forcée ostensible du public“.
  • En 2019, une étude de l’OMS a trouvé “peu ou pas de preuves scientifiques” de l’efficacité de mesures telles que la “distanciation sociale”, les restrictions de voyage et le verrouillage.
  • Un laboratoire allemand a déclaré début avril que, selon les recommandations de l’OMS, les tests de dépistage du virus Covid19 sont désormais considérés comme positifs même si la séquence cible spécifique du virus Covid19 est négative et que seule la séquence cible plus générale du coronavirus est positive. Toutefois, cela peut conduire à ce que d’autres coronavirus (virus du rhume) déclenchent également un résultat faussement positif. Le laboratoire a également expliqué que les anticorps pour le Covid19 ne sont souvent détectables que deux à trois semaines après l’apparition des symptômes. Il faut en tenir compte afin de ne pas sous-estimer le nombre réel de personnes déjà immunisées contre Covid19.
  • En Suisse et en Allemagne, des politiciens ont demandé à titre individuel une “vaccination obligatoire contre le coronavirus”. Cependant, la vaccination contre la grippe dite “porcine” de 2009/2010, par exemple, a entraîné des dommages neurologiques parfois graves, en particulier chez les enfants, et a donné lieu à des millions de demandes de dommages et intérêts.
  • Professeur Christopher Kuhbandner : À propos du manque de justification scientifique des mesures contre le coronavirus : “Les chiffres rapportés sur les nouvelles infections surestiment de façon très dramatique la véritable propagation du coronavirus. L’augmentation rapide observée des nouvelles infections est presque exclusivement due au fait que le nombre de tests a augmenté rapidement au fil du temps (voir figure ci-dessous). Ainsi, du moins selon les chiffres rapportés, il n’y a en réalité jamais eu de propagation exponentielle du coronavirus. Les chiffres rapportés sur les nouvelles infections cachent le fait que le nombre de nouvelles infections a diminué depuis environ le début ou la mi-mars”.
Bulletin de surveillance du SWPRS au 25.04.20 sur l'épidémie de coronavirus et la coronapanique (Vidéos)
Suède : Les médias face à la réalité

Certains lecteurs ont été surpris par la diminution du nombre de décès en Suède, car la plupart des médias montrent une courbe en forte hausse. Quelle en est la raison ? La plupart des médias affichent des chiffres cumulés par date de déclaration ou rapportée, alors que les autorités suédoises publient les chiffres quotidiens beaucoup plus significatifs par date de décès.

Les autorités suédoises soulignent toujours que tous les cas nouvellement signalés ne sont pas morts au cours des dernières 24 heures, mais de nombreux médias ignorent ce fait (voir le graphique ci-dessous). Bien que les derniers chiffres suédois puissent encore augmenter quelque peu, comme dans tous les pays, cela ne change pas la tendance générale à la baisse.

En outre, ces chiffres représentent également les décès dus au coronavirus et pas nécessairement ceux qui en découlent. L’âge moyen des décès en Suède est également supérieur à 80 ans, environ 50 % des décès ont eu lieu dans des maisons de retraite et l’effet sur la population générale est resté minime, même si la Suède a l’une des plus faibles capacités de soins intensifs en Europe.

Toutefois, le gouvernement suédois s’est également vu attribuer de nouveaux pouvoirs d’urgence en raison du “coronavirus” et pourrait encore participer à des programmes ultérieurs de recherche des contacts.

Chiffres cumulés par date de déclaration et chiffres quotidiens par date de décès. (OWD / FOHM)

Chiffres cumulés par date de déclaration et chiffres quotidiens par date de décès. (OWD / FOHM)

La situation en Grande-Bretagne

Le nombre de décès au Royaume-Uni a fortement augmenté ces dernières semaines, mais reste dans la fourchette des pires épidémies de grippe des cinquante dernières années. Au Royaume-Uni également, jusqu’à 50 % des décès supplémentaires surviennent dans les maisons de retraite, qui ne bénéficient pas d’un confinement général.

En outre, jusqu’à 50 % des décès supplémentaires seraient des décès non-Covid19 et jusqu’à 25 % des décès supplémentaires se produisent à domicile. Il n’est donc pas clair si le confinement général est bénéfique ou en fait préjudiciable à la société dans son ensemble.

Frasor Nelson, le rédacteur en chef du British Spectator, a affirmé que les agences gouvernementales s’attendent à ce que le confinement entraîne jusqu’à 150 000 décès supplémentaires à long terme, soit beaucoup plus que ce que le Covid19 est censé en causer. Plus récemment, le cas d’une chanteuse de 17 ans qui s’est suicidée à cause du confinement a été révélé.

Il est frappant de constater que l’Angleterre, contrairement à la plupart des autres pays, a également un taux de mortalité nettement plus élevé chez les 15 à 64 ans. Cela pourrait être dû aux fréquentes affections cardiovasculaires ou aux effets du confinement.

Le projet InProportion a publié de nombreux nouveaux graphiques qui mettent en relation la mortalité actuelle au Royaume-Uni avec les précédentes épidémies de grippe et d’autres causes de décès. D’autres sites web qui examinent les mesures de manière critique sont Lockdown Skeptics et UK Column.

ROYAUME-UNI : Mortalité hebdomadaire toutes causes confondues (InProportion)

ROYAUME-UNI : Mortalité hebdomadaire toutes causes confondues (InProportion)

En Suisse : la surmortalité est bien inférieure aux fortes épidémies de grippe
  • Une première étude sérologique réalisée par l’Université de Genève a conclu qu’au moins six fois plus de personnes dans le canton de Genève étaient en contact avec le Covid19 qu’on ne le pensait auparavant. Cela signifie que la létalité de Covid19 en Suisse est également bien inférieure à 1%, alors que les sources officielles parlent encore de près de 5 %.
  • Même dans le canton du Tessin, le plus sévèrement touché, près de la moitié des décès supplémentaires se sont produits dans des maisons de retraite qui ne bénéficient pas du confinement général.
  • En Suisse, 1,85 million de personnes, soit plus d’un tiers de l’ensemble des salariés, ont déjà été enregistrées pour un chômage partiel. Les coûts économiques sont estimés à 32 milliards pour la période de mars à juin.
  • Infosperber :Corona: NZZ deckt das Nachplappern anderer Medien auf” (“Corona : Le psittacisme des médias”) :Les grands médias cachent le fait qu’ils s’appuient sur des données opaques pour les chiffres du Covid-19″.
  • Ktipp: Bund: Fast alle Zahlen ohne Gewähr” (“autorités suisses : Presque tous les chiffres “sans garantie”): “Cette année, moins de personnes de moins de 65 ans sont mortes dans les 14 premières semaines qu’au cours des cinq dernières années. Parmi les plus de 65 ans, le nombre était également relativement faible“.

Le graphique suivant montre que la mortalité globale en Suisse au cours du premier trimestre 2020 se situait dans la fourchette normale et qu’à la mi-avril, elle était encore inférieure d’environ 2000 personnes à la vague de grippe de 2015. 50 % des décès se sont produits dans des maisons de retraite qui ne bénéficient pas d’un confinement.

Dans l’ensemble, environ 75 % des décès supplémentaires se sont produits à domicile, tandis que les hôpitaux et les unités de soins intensifs restent fortement sous-utilisés et que de nombreuses opérations ont été annulées. En Suisse aussi, la question très sérieuse se pose donc de savoir si le “confinement” a pu coûter plus de vies qu’il n’en a sauvées.

Décès cumulés par rapport à la valeur attendue, de 2010 à 2020 (BFS)

Décès cumulés par rapport à la valeur attendue, de 2010 à 2020 (BFS)

Développements politiques
  •  Vidéo : Dans l’État australien du Queensland, un hélicoptère de la police équipé d’un système de vision nocturne a traqué trois jeunes hommes qui buvaient une bière sur le toit d’une maison la nuit, violant ainsi les “restrictions liés au Coronavirus”. Les hommes ont été informés par un mégaphone que le bâtiment était “encerclé par la police” et qu’ils devaient se diriger vers la sortie. Les hommes ont été condamnés à une amende d’environ 1000 dollars chacun.
  • En Israël, l’agence de renseignement national et antiterroriste Shin Bet, en coopération avec la police, a été chargée de surveiller les téléphones portables de la population depuis la mi-mars afin de suivre les contacts et d’ordonner l’assignation à résidence dans le cadre du Covid19. Ces mesures ont été initialement ordonnées sans le consentement du Parlement et devraient rester en place au moins jusqu’à la fin avril.
  • OffGuardian: The Seven Step Path from Pandemic to Totalitarianism
    (Traduction française :Les sept étapes du passage de la pandémie au totalitarisme)
  • UK Column: Who controls the British Government response to Covid-19?
    (“Qui contrôle la réponse du gouvernement britannique à Covid-19 ?”)
  • Le médecin suisse, qui a été arrêté par une unité spéciale de la police suisse et envoyé dans une clinique psychiatrique (voir mise à jour du 15 avril), a été libéré entre-temps. Un rapport du magazine Weltwoche a révélé que le médecin avait été arrêté pour de fausses raisons : il n’y avait eu aucune menace pour les proches ou les autorités et il n’y avait pas eu de possession d’une arme chargée. Il semble donc probable qu’il s’agisse d’une opération à motivation politique.
  • Une station de radio locale de Munich, qui a interviewé des médecins critiques à l’égard du coronavirus en mars, a été informée par l’autorité responsable de la surveillance des médias après avoir reçu des plaintes selon lesquelles “des émissions aussi problématiques doivent être arrêtées à l’avenir”.
  • Le site kollateral.news d’un avocat spécialisé allemand rassemble des rapports sur la “souffrance due au confinement” et sur la situation réelle dans les hôpitaux allemands.
  • Les médecins généralistes allemands ont publié un appel aux politiques et à la science dans lequel ils demandent “une gestion plus responsable de la crise du coronavirus”.
  • Tant en Autriche qu’en Hongrie, les médecins qui ont critiqué les mesures contre le coronavirus sont menacés d’une interdiction de leur profession.
  • Au Nigeria, selon les données officielles, plus de personnes ont été tuées jusqu’à présent par la police qui applique les couvre-feux contre le coronavirus que par le virus du coronavirus lui-même.

Partagez sur: Twitter / Facebook

WordPress.com.

Up ↑